Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Breakdowns

Auteur : Art Spiegelman

Date de saisie : 11/05/2008

Genre : Bandes dessinees

Editeur : Casterman, Bruxelles, Belgique

Prix : 25.00 / 163.99 F

ISBN : 978-2-203-37007-4

GENCOD : 9782203370074

Sorti le : 19/03/2008

  • Les presentations des editeurs : 20/03/2008

Comment devient-on Art Spiegelman, mythique auteur de Maus, celebre par le monde entier ? Sous-titre Portrait de l’artiste en jeune %@S* ! (un clin d’oeil a une oeuvre celebre de James Joyce), Breakdowns, le tout nouvel album d’Art Spiegelman, entreprend ce parcours autobiographique, avec toute l’acuite, la verve, l’exigence et la profondeur qu’on lui connait.
La premiere partie de l’ouvrage, la plus recente puisqu’elle a ete realisee au cours des deux dernieres annees, est aussi celle qui plonge ses racines le plus loin dans le passe. En un subtil jeu de va-et-vient sur plusieurs periodes-cle de son existence, Spiegelman raconte ses annees d’eveil, de formation et d’apprentissage, de la fin des annees 40 au milieu des annees 70, de l’apres-guerre jusqu’au coeur de la contre-culture americaine. Tout a la fois acere, emouvant et ironique, il y evoque plus particulierement sa fascination precoce pour la bande dessinee, et l’apport salvateur qu’ont constitue les comics pour son esprit d’enfant puis d’adolescent, dans l’univers crepusculaire qu’est alors son environnement familial. Une fascination qui prendra la forme d’une vocation, ainsi qu’en temoigne
La seconde partie de l’ouvrage, veritable album dans l’album : il s’agit en effet du fac-simile du tout premier album professionnel de Spiegelman, Breakdowns – qui donne son titre a l’ensemble du volume. Initialement publie en 1978 a quelques milliers d’exemplaires seulement (un tirage quasi confidentiel pour les Etats-Unis), Breakdowns n’avait jamais ete reedite depuis lors, et demeurait totalement inedit en langue francaise. Une nouvelle edition tout a la fois historique et passionnante : la quinzaine de recits courts que rassemble ce recueil temoigne, deja, de la demarche d’innovateur et d’experimentateur qui conduira Spiegelman, quelques annees plus tard, a revolutionner les fondements du roman graphique et de la narration en images avec son monumental Maus.
La troisieme et derniere partie de Breakdowns, enfin, est un court essai illustre ou Spiegelman, cette fois autant ecrivain que dessinateur, revient sur les raisons qui l’ont conduit a concevoir et realiser l’album qui parait aujourd’hui. Toutes proportions gardees, c’est donc finalement un autre travail de memoire qu’accomplit ici l’auteur de Maus, parvenu a ce moment de l’existence ou l’on accepte plus volontiers de commencer a regarder derriere soi (Art Spiegelman fete ses 60 ans le 15 fevrier 2008). ?uvre majeure, aussi intense qu’emouvante, Breakdowns est aussi, par ailleurs, une formidable aventure editoriale, dont Art Spiegelman a tenu a suivre scrupuleusement toutes les etapes. La traduction francaise est cosignee par Pierre Levy-Soussan, psychanalyste et grand connaisseur de la BD americaine, et Richard Zrehen, philosophe et specialiste du polar. Le lettrage entierement manuel est d’Amandine Boucher, une reference en la matiere puisqu’elle avait assure celui de la reedition geante de LittleNemo). Evenement rarissime pour un auteur americain de cette envergure, l’ouvrage publie par Casterman, parait plus de six mois avant la version en langue anglaise, annoncee pour octobre 2008 chez Pantheon Books. Lance a l’occasion du Salon du Livre de Paris, Breakdowns est assurement l’evenement bande dessinee de l’annee 2008.

  • La revue de presse Pascal Ory – Lire, mai 2008

Comme dans l’album A l’ombre des tours mortes, paru voici un peu plus de deux ans, il part dans toutes les directions graphiques, avec une vraie unite intellectuelle, fondee sur l’incertitude, a la fois identitaire et morale : l’auteur de Maus (desole d’y revenir toujours) est loin d’etre un esprit apaise, campant sur ses certitudes. Mais a le lire et le relire, on en a une, de certitude : c’est, en effet, un grand, et pas seulement par la taille inhabituelle de ses albums.

  • La revue de presse Olivier Delcroix – Le Figaro du 20 mars 2008

Dans Breakdowns, portrait de l’artiste en jeune %@#* !, Art Spiegelman revient sur la mort de sa mere. Il se souvient des petits jeux graphiques qu’il pratiquait, tout gamin, avec elle. Il gribouillait une spirale sur une feuille blanche et sa mere imaginait un dessin, un peu a la maniere des cadavres exquis surrealistes. Sur la couverture de son nouvel album, Spiegelman met en exergue ce meme trait a la mine de plomb en forme de spirale geante…
Quand un personnage profere des injures, ces sigles sont tres pratiques, car ils expriment la colere, la folie, et toute une litanie de choses imprononcables. Moi, j’appelle ca un scribble.. Ses petites spirales circulent dans tout son album. Et Spiegelman de conclure dans un clin d’oeil : Finalement, ces petits scribbles sont au centre de l’album. Un peu comme un cordon ombilical, c’est ca !

  • La revue de presse Mathieu Lindon – Liberation du 19 mars 2008

Breakdowns tel qu’il parait aujourd’hui tient a la fois de l’autobiographie et de l’autobibliographie, introduction et postfaces integrant des travaux de jeunesse de Spiegelman, telle cette histoire intitulee Just a piece o’shit !, dont il ecrit : “Une vraie merde” (quatre pages sur un etron parlant), specimen bien nomme des premiers travaux de l’artiste. Morveux suffisant est l’expression qu’il emploie ailleurs pour evoquer le jeune homme qu’il fut assemblant le Breakdowns de 1978. Dans un des recits de l’introduction, Spiegelman montre aussi comme sa mere et lui, quand il etait enfant, jouaient a un jeu etrange consistant a faire un gribouillis sur une feuille de papier pour que l’autre le transforme en dessin. Passe et futur, la bande dessinee semble la compagne eternelle d’Art Spiegelman.

  • La revue de presse Eric Libiot – L’Express du 19 mars 2008

Art Spiegelman, auteur de la bande dessinee Maus, raconte son parcours d’auteur, de l’underground a la celebrite. Etourdissant…
Une BD passionnante qui developpe l’idee selon laquelle un homme se structure par ce qu’il raconte et par la facon dont il le raconte…
L’auteur de Maus a porte haut, avant son heure de gloire, l’autofiction. Mais alors que beaucoup la confondent avec la complaisance egotique, Spiegelman, lui, a toujours su en faire le moteur de sa creation et le tremplin pour tendre a l’universel. Cela s’appelle un artiste.