Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Brecht et la méthode

Auteur : Fredric Jameson

“Brecht aurait été ravi, j’aime du moins à le penser, que l’on plaide en faveur non de sa grandeur ou de sa canonicité, ni même de quelque valeur nouvelle et insoupçonnée de sa postérité (sans parler de sa « postmodernité »), mais bien plutôt de son utilité – et ce non seulement dans un avenir hypothétique ou simplement possible, mais dès à présent, dans une situation d’après-guerre froide dominée par la rhétorique du marché, plus anti-communiste encore qu’au bon vieux temps.” Selon Fredric Jameson, l’oeuvre aussi vaste que fragmentée de Brecht se trouve soutenue par une méthode. Perceptible partout, cette méthode ne se donne pourtant nulle part directement : c’est qu’elle ne se situe exactement ni dans une doctrine, ni dans un style, ni dans un art de la narration, mais à leur intersection même, se cristallisant dans une attitude – une forme de la ruse – que l’oeuvre de Brecht décline dans son théâtre aussi bien que dans ses essais théoriques, dans sa poésie et ses écrits politiques, dans sa pratique d’écriture et son sens du récit.
Construit comme une enquête, Brecht et la Méthode est dès lors une tentative d’élucidation des mécanismes profonds de l’oeuvre du dramaturge et écrivain allemand. Jameson y reconsidère à neuf les outils canoniques de Brecht – distanciation, gestus, théâtre épique, dissonance – autant que son art de la contradiction, son rapport au modernisme, à la pédagogie et à l’idéologie.
Après les commentaires de Walter Benjamin et les analyses de Roland Barthes, le livre de Jameson constitue une contribution majeure à l’analyse de l’oeuvre de Brecht.