Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Brins de zinc

Auteur : Daniel Rocher

Date de saisie : 22/01/2007

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Serpent a Plumes, Paris, France

Collection : Motifs, n 276

Prix : 6.00 / 39.36 F

GENCOD : 9782268060651

Sorti le : 18/01/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Celia Nogues – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Celia Nogues – 01/02/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Toutes ces histoires sont rigoureusement authentiques. Certaines paraitront donc incroyables. La plupart sont datees et localisees. Cela repond a un besoin que l’on a eu de rappeler une evidence : ce qui est pris sur le vif s’evanouit dans le neant, mais, en meme temps, les images les plus fugaces sont souvent celles qui s’accrochent le mieux a notre memoire. Nous sommes faits de cette mosaique derisoire autant que de nos projets grandioses. Quant au ridicule, il guette chacun d’entre nous et nous invite donc a la compassion vis-a-vis d’autrui. Et quant a la sagesse, pour ceux qui en revent encore, elle commence par savoir rire de soi. Quant a ce recueil, on voudrait qu’il tombe, page par page, comme un joyeux goutte-a-goutte. Y a-t-il des volontaires pour la perfusion ?

Un etonnant florilege de vignettes comme autant de breves de comptoir recueillies par l’auteur du Voyage de Monsieur Raminet.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

19 AVRIL 1988. PLACE DAUPHINE.
13 HEURES

Les joueurs de boules. (Parfois Yves Montand, qui habite la, vient se meler a eux. Il est tres simple, vous savez.)

ILS ONT tous l’air mecontent. C’est l’effet de la concentration. Certains paraissent meme furieux. Quelques-uns s’autorisent, a l’occasion de points particuliers, un rictus meprisant. Nono vient de pointer. Sa boule a cahote, comme une femme saoule, sur les inegalites du terrain, puis, prise d’une inspiration subite, est venue se ranger tendrement contre le cochonnet.
Nono se redresse, grave. Il savoure sa reussite in petto. Sa bedaine cache sa ceinture de pantalon.
Riton doit donc tirer. Il gagne sa place, les yeux plisses. Il marche les pieds ecartes, les epaules rentrees sous la chemise a fleurs. Il est affreusement maigre, mais il entrechoque ses deux oeufs de fonte en une sourde menace.
Il se retourne brusquement, s’accroupit, fait pivoter lentement son poignet droit et lance d’un seul coup la boule vengeresse.
Juste derriere.
Pas un muscle de sa face n’a bouge.
Il se fait un tel silence qu’on entend les oiseaux.
Riton tire sa deuxieme. Juste a gauche.
Il se releve, le visage deforme par la douleur, secouant la tete comme s’il voulait se debarrasser de la fatalite qui s’est faite son ennemie personnelle.
Pour achever son infortune, un pigeon fiente sur ses epaules etroites.