Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Bruges-la-morte

Auteur : Georges Rodenbach

Veuf inconsolable et fétichiste, Hugues Viane a choisi d’habiter Bruges pour la ressemblance qu’il y trouvait avec la mélancolie de son deuil.
Bruges-la-Morte est principalement l’évocation d’une ville (ses canaux et ses quais, ses rues désertes ou bondées lors du Saint-Sang, ses vieilles demeures, son béguinage, ses églises et ses gisants, son beffroi, etc).
Une ville, associée aux états d’âme et aux passions des personnages.« Elle les façonne selon ses sites et ses cloches. »