Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Campo cerrado ; le labyrinthe magique t.1

Auteur : Max Aub

« C’est en Espagne que les hommes ont appris qu’il est possible d’avoir raison et cependant souffrir la défaite.
Que la force peut vaincre l’esprit et qu’il y a des moments où le courage n’a pas de récompense.
C’est sans doute ce qui explique pourquoi tant d’hommes dans le monde considèrent le drame espagnol comme un drame personnel. » Albert Camus Le roman débute sur l’image symbolique d’un taureau de feu. Dans cette fête populaire, l’animal court toute la nuit dans les rues préalablement closes ; pris dans un labyrinthe, il n’en sortira pas vivant : à l’aube, au bord de l’agonie, il sera achevé par la foule. Le taureau est l’image de l’Espagne et le labyrinthe est celui inexorable du drame de la Guerre civile, symbole de l’enfermement infernal dans lequel se déroule cette tragédie.
Le personnage central de cette première partie est Rafael López Serrador, un homme du peuple que l’on suit au cours des années vingt, de la chute de la monarchie à l’avènement de la IIe République jusqu’au déclenchement de la Guerre civile, le 18 juillet 1936.