Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Caterina, reine de Chypre : l’otage de Venise

Auteur : Amable de Fournoux

Date de saisie : 26/08/2006

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Ed. de Fallois, Paris, France

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-87706-564-1

GENCOD : 9782877065641

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Voici l’histoire veridique de Caterina Cornaro, jeune aristocrate venitienne devenue la derniere reine de Chypre. Son destin hors du commun a inspire nombre d’historiens, romanciers, librettistes, et sa beaute trouble les plus grands peintres de son epoque (Bellini, Giorgione, Durer, Titien…) et bien au-dela.

La vie romantique de cette Fille de la Republique de Venise se deroule dans la deuxieme moitie du XVe siecle et au tout debut du XVIe. Elle s’inscrit successivement dans le cadre prestigieux de la Venise de la Renaissance, alors a son apogee, puis dans la lointaine Chypre, dernier royaume franc fonde au Levant par les Lusignan, une famille de chevaliers poitevins, enfin dans la petite principaute d’Asolo, en Venetie, ou la reine sera exilee et animera une Cour renommee dans toute l’Italie.

Caterina contre Venise, tel pourrait etre aussi le titre de cette biographie ou s’entremelent complots, trahisons, tueries, intrigues politiques et amoureuses. Avec en toile de fond l’agonie d’une dynastie et l’apogee d’une republique, le portrait d’une femme belle et fiere qui, en epousant malgre elle le dernier des rois Lusignan, ne cessera de lutter pour son bonheur et sa survie.
Journaliste et historien, Venitien d’adoption, Amable de Fournoux est l’auteur de Napoleon et Venise (1796-1814), couronne par le Prix Chateaubriand-La 2002.

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Voici l’histoire veridique de Caterina Cornaro, jeune aristocrate venitienne devenue la derniere reine de Chypre.

Son destin hors du commun a inspire nombre d’historiens, romanciers, librettistes, et sa beaute a trouble les plus grands peintres de son epoque (Bellini, Giorgine, Durer, Titien…) et bien au-dela…

  • La revue de presse Gabriel Matzneff – Le Figaro du 2 juin 2005

… Si, des perles de la Mediterranee orientale, Chypre est la plus propre a enflammer l’imagination des collegiens et des poetes, en Mediterranee occidentale aucune cite, si prestigieuse qu’elle puisse etre, n’ose disputer la palme a Venise.

Venise et Chypre, quel couple ! Fournoux a decidement le sens des alliances qui frappent. Apres son Napoleon et Venise, sa Caterina, reine de Chypre, qui a pour sous-titre L’Otage de Venise, lui permet, une nouvelle fois, de mettre son erudition au service de sa passion pour la Serenissime. Avec une notable difference toutefois. La Venise de son Napoleon est une Venise dechue de sa puissance, une Venise funebre qui prefigure la belle moribonde qui inspirera, de Chateaubriand a Barres, certaines des pages les plus melancoliques de notre litterature. La Venise de sa Caterina est une republique prospere, conquerante, legitimement orgueilleuse de ses libertes et de sa gloire. D’ou l’impetuosite, l’allegresse avec lesquelles l’auteur mene un recit ou l’histoire de la Chypre franque et celle de la Venise byzantine melent leurs eaux… Laissons aux lecteurs le plaisir de decouvrir la vie tumultueuse de Caterina et de Jacques, les complots, les meurtres, les amours, les metamorphoses qui ne leur laisseront pas le temps de souffler.