Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Ce livre va vous sauver la vie

Auteur : A.M. Homes

Traducteur : Yoann Gentric

Date de saisie : 03/09/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Lettres anglo-americaines

Prix : 23.00 / 150.87 F

ISBN : 978-2-7427-7766-2

GENCOD : 9782742777662

Sorti le : 03/09/2008

Acheter Ce livre va vous sauver la vie chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Isabelle Anoman de la librairie ESPACE CULTUREL LECLERC a LIMOGES, France – 02/09/2008

Un homme 45 ans, reussite professionnelle et financiere assuree, s’occupant de son corps comme d’une machine, seul recherche la perfection. Seulement un soir, il fait un malaise et tout se bouscule. Il appelle les secours et se retrouve a l’hopital. Il n’a rien mais est-ce une premiere alarme ? Des sa sortie, il rencontre un vendeur de donuts qui lui transmet une certaine philosophie de la vie. De rencontres surprenantes en exploits de superheros, Richard retrouve l’essentiel et VIT.
Un roman drole, captivant et plein d’espoir.
A savourer tout simplement….

  • Les presentations des editeurs : 05/09/2008

Homme d’affaires bientot quinquagenaire et deja coupe du monde, Richard Novak ne sort plus guere de sa luxueuse maison qui domine Los Angeles, se consacrant au double entretien compulsif de sa fortune sur Internet et de sa forme physique, confiee – cote ouest oblige – aux soins attentifs combines d’une nutritionniste et d’un coach personnels. Deux incidents, concomitants et egalement insolites, viennent un jour le reveiller de l’hygieniste amnesie qu’il s’est choisie pour existence. Le premier prend la forme d’une intense douleur physique defiant toute tentative de diagnostic. Le second a pour visage celui, inquietant, qu’offre l’etrange depression de terrain qui ne cesse de s’approfondir a quelques metres de sa forteresse californienne. De ce jour, notre homme s’apercoit avec stupefaction qu’une ex-mere au foyer deprimee et une star d’Hollywood peuvent avoir mille choses a se dire, qu’un partenariat commercial peut naitre entre le financier qu’il est, un vendeur de donuts immigre et un ancien beatnik icone de la contre-culture, que les amities ne connaissent de frontieres ni ethniques ni sociales, enfin qu’aucun pere ne peut decider d’oublier son fils – et inversement. Se risquer a vivre, reapprendre le gout des autres. Et si le salut residait dans l’aventure tres concretement humaine ?

A. M. Homes est l’auteur de plusieurs romans, d’un recit de voyage et de The Mistress’s Daughter, un texte auto-biographique, a paraitre chez Actes Sud. Laureate de nombreuses distinctions, et, notamment, d’une bourse de la Fondation Guggenheim, A. M. Homes collabore a Vanity Fair et a publie fictions et essais dans The New Yorker, Granta, Harper’s, MacSweeney, Artforum et The New York Times. Elle vit a New York.

  • La revue de presse Natalie Levisalles – Liberation du 24 decembre 2008

Le roman de A. M. Homes est l’histoire d’un retour a la vie, la vie a Hollywood, ou tout semble plus ou moins sorti d’un film des freres Coen, y compris les situations et les dialogues, le burlesque, le cote onirique et meme la violence. Quand le medecin du Samu local debarque, toutes sirenes hurlantes, il commence par se planter devant les toiles accrochees au mur, Rothko, De Kooning. – Vous etes medecin ou critique d’art ? – J’ai fait medecine et histoire de l’art a Harvard. Vous prenez des medicaments ?…
Il fait aussi penser aux contes de fees. Dans les contes pour enfants, la princesse part avec le crapaud, ici, le roi de la finance part avec l’immigre indien, la star du cinema et la femme de menage noire. Mais, surtout, la romanciere use du pouvoir magique qui lui est donne pour inventer un monde ou meme les pires situations peuvent cacher de bonnes surprises. Un monde ou le pire est toujours possible, et le meilleur aussi.

  • La revue de presse Astrid Eliard – Le Figaro du 16 octobre 2008

Suite a une crise cardiaque, un richissime speculateur boursier de Los Angeles retrouve le gout de la vraie vie…
Dans ce roman, les aventures commencent avec un beignet bouffi de creme et de mauvaises graisses. Le doughnut signe le retour a la vie de Richard Novak, sa rebellion contre un quotidien aseptise et futile. Il sympathise avec le marchand de beignets, Anhil, un etre raffine et polyglotte, qui lui transmet son art de vivre. De la, le livre, qui nous avait happes dans cette vision hallucinee qu’est Los Angeles, un endroit ou l’on souffre de fausses crises cardiaques et ou la depression touche jusqu’aux carres de jardins qui bordent les maisons, prend un tournant brutal. A.M. Homes nous entraine a fond de train dans une serie de peripeties, toutes plus loufoques les unes que les autres et qui revelent Richard…
L’ecriture de cette New-Yorkaise, qui a deja publie deux romans chez Belfond, est capable de tout : de merveilleuses descriptions d’une ville qui n’a pas les pieds sur terre, de situations qui agissent comme un gaz hilarant.

  • La revue de presse Martine Laval – Telerama du 10 septembre 2008

Fresque hollywoodienne ou farce a la Woody Allen ? Qu’importe. Contrairement a ce que laisse croire le titre, ce livre ne va pas nous sauver la vie, mais il la rend bien meilleure, le temps de 440 pages – et meme au-dela. Soit un homme, Richard, et soit une ville, Los Angeles. Ce sont les deux stars de ce roman echevele, sarcastique en diable…
A. M. Homes excelle dans les dialogues absurdes, les situations improbables. Elle fait de l’humour en douce et, effrontee, se moque de tout ce petit monde qu’elle met en scene. Les bourdes existentialistes de Richard decapent le decor americain : elles ne sont que rejouissances.