Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Ces gens du Moyen Age

Auteur : Robert Fossier

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Histoire

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Histoire

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-213-63286-5

GENCOD : 9782213632865

  • Le journal sonore des livres : Charlotte Etasse – 01/06/2007

Telecharger le MP3

Charlotte Etasse – 01/06/2007

  • Le journal sonore des livres : Agathe L’Huillier – 19/04/2007

Telecharger le MP3

Agathe L’Huillier – 19/04/2007

  • Les presentations des editeurs : 10/04/2007

Ce livre n’est pas un travail d’erudition, ni la poursuite d’un theme quelconque, pas davantage un survol de la societe medievale, ni de son economie, ni de son histoire culturelle ou artistique durant un millenaire. Ce n’est que l’histoire de pauvres gens, des gens ordinaires, ceux qui ont pour souci la pluie ou le chien, ce qu’il y a dans leur ecuelle et ce qu’a raconte la voisine, le soulier qui vous blesse ou la partie de ballon ; et Dieu, enfin, qui sait et voit tout. On ne rencontrera donc ici ni chevaliers en armes, ni moines en priere, ni officier du roi, ni riche marchand, ni maitre des ecoles qui ne sont que les ecumes du Moyen Age ; mais tous les autres, ceux dont on ne parle jamais parce qu’ils ne parlent pas, mais dont les peines et les joies sont toujours les notres. Ce livre aura atteint son but s’il parvient a jeter bas tous les poncifs, les a priori, les rabachages et les erreurs dont se charge le mot moyenageux quand en use le populaire qui ne sait pas, et surtout les puissants, ceux qui dominent le politique, l’economique et l’information, et qui y lisent, dans une ignorance beate et obstinee, tout ce qui releve de l’infamie, de la violence, de l’anarchie ou de l’inculture. Dans un siecle qui est en passe de battre tous les records en ces domaines, peut-etre serait-il temps d’approcher le commun des temps medievaux, ces neuf hommes ou femmes sur dix auxquels nous ressemblons tant.

Robert Fossier, archiviste-paleographe, professeur emerite a la Sorbonne (Paris I), est l’auteur d’une quinzaine de livres concernant dans l’ensemble la societe medievale d’Occident et a dirige un ouvrage collectif en trois volumes, Le Moyen Age (Armand Colin).

  • La revue de presse Jacques de Saint Victor – Le Figaro du 17 mai 2007

Je suis convaincu que l’homme medieval, c’est nous. En concluant son nouvel essai sur les gens du Moyen Age, le grand medieviste Robert Fossier se livre : y aurait-il, derriere les poussieres du temps, une similitude entre l’homme du XIe siecle et celui du XXIe siecle ? Ne sont-ils pas tous deux desireux d’aimer, de manger, de dormir, de rire ou de se proteger des affres du temps et de la maladie, etc. Fort de cette evidence, l’auteur scrute a travers son livre la vie quotidienne d’un homme que la grande Histoire neglige generalement. L’historien connait ou croit tout connaitre du chevalier, du seigneur ou du prelat. Mais l’homme de tous les jours echappe souvent a son etude. Robert Fossier tente de combler cette lacune en partant a sa recherche, mobilisant ses confreres medievistes.

  • La revue de presse Marc Riglet – Lire, avril 2007

La methode de Robert Fossier est originale, critique et virtuose. Pour decrire les gens d’en bas, il regarde de haut. Car Ces gens du Moyen Age sont des gens comme nous, confrontes au monde, inquietant, des gens fragiles que la maladie guette et que la mort effraie. Comme nous, ils traversent les ages de la vie, ils percoivent le temps, ils nourrissent leur corps, ils vivent en famille et survivent en societe…
Rien n’est plus eclairant, alors, que de saisir le particulier medieval en l’enchassant dans le general de la condition humaine. Robert Fossier y excelle. Nombre de poncifs tombent et l’on s’avise que nos temps modernes ne sont pas en reste pour ce qui est de la violence, de l’anarchie ou de l’inculture…
Robert Fossier entend deja – sur ces points de doctrine comme sur sa maniere de meler les siecles – les protestations. La corporation s’en chargera. Quant aux lecteurs, vous et moi, ils ne peuvent qu’etre eblouis par cette science maitrisee d’un monde redecouvert et qui nous reste si proche.