Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Charles Baudelaire, un frère en idéal

Auteur : Fabrice Glockner

La scène se déroule en 1867.
Charles Baudelaire a formulé une demande d’admission au sein d’un Ordre Initiatique. Un Grand Initié est chargé de déceler ses motivations profondes. Le parfait Alchimiste du Verbe, ayant percé le secret de l’univers, et l’Initié aux mystères éternels, capable de voir au-delà du miroir, vont se livrer, dans un des salons du somptueux hôtel Pimodan, à une conversation intime et passionnée.
Ils évoqueront d’abord les contradictions éternelles entre la lumière et les ténèbres, l’azur et le gouffre, le bien et le mal, qui habitent le Poète, mais aussi tout homme à des degrés divers. Ils tenteront ensuite de surmonter l’incessante dualité de l’être en s’élevant ensemble vers leur Idéal de beauté et de dessiner les contours de l’homme nouveau, guidé par sa soif d’absolu. Pour sauver Baudelaire de la déréliction et le ramener à son Idéal, le Grand Initié lui proposera enfin de rejoindre l’Ordre Initiatique, attaché à l’évolution du monde vers le Beau, le Bien, le Vrai.
Charles Baudelaire consentira-t-il à la mort initiatique et trouvera-t-il enfin le Nouveau auquel il aspire ? Sera-t-il prêt à entreprendre ce voyage symbolique, en marge du monde contemporain et de la réalité quotidienne qui l’oppresse ? Le Grand Initié réussira-t-il à guérir le Poète de son angoisse du Spleen ? Sera-t-il lui-même métamorphosé par cet entretien et définitivement acquis au langage des fleurs et des choses muettes ?
Dans un dialogue imaginaire entre le Poète et un Grand Initié, Fabrice Glockner nous livre des clefs inédites de la spiritualité baudelairienne et de la sagesse initiatique. Il invite à reconnaître en Baudelaire un Semblable, un Frère en Idéal.