Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Chassés de la lumière ; 1967-1971 (postface Stella Magliani-Belkacem et Félix Boggio Ewanjé-Epée)

Auteur : James Baldwin

Considéré comme un roman autobiographique en France et comme un essai aux États-Unis, Chassés de la lumière (No Name in the Street – les deux titres, le français aussi bien que l’anglais, sont extraits d’une citation du Livre de Job qui figure en exergue dans l’édition originale américaine) est un livre à part dans l’oeuvre de James Baldwin.
Temporairement et géographiquement des faits lointains sont tissés ensemble, la question raciale est le fil rouge. Écrit, comme l’auteur tient à le noter à la fin du livre, entre New York-San Francisco- Hollywood-Istambul-Saint-Paul-de-Vence, entre 1967-1971, grâce au point de vue du voyageur, à la distance qu’il a pu prendre quant aux faits vécus et connus, ce livre tient un discours (aux tons parfois de prêche) intime et historique car Baldwin fait référence à son enfance et aux événements de la fin des années 60, notamment aux assassinats de Evers, Malcolm X et Martin Luther King, pour témoigner et dénoncer la violence et l’injustice qui naissent et grandissent dans la haine raciale. Traduit et paru en France aux éditions Stock dès 1972, année de la parution de l’édition anglaise et de l’édition américaine, ce livre reste d’une grande actualité, la question raciale continuant à être l’un des problèmes les plus importants et urgents dans le monde occidental.