Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Chroniques de l’asphalte. Volume 1, Le temps des tours

Couverture du livre Chroniques de l'asphalte. Volume 1, Le temps des tours

Auteur : Samuel Benchetrit

Date de saisie : 06/01/2006

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Julliard, Paris, France

Prix : 18.00 / 118.07 F

ISBN : 978-2-260-01680-9

GENCOD : 9782260016809

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Qu’en est-il du jeune auteur dont on a dit, a la sortie de son premier roman Recit d’un branleur, qu’il etait a la litterature ce que les Sex Pistols ont ete au rock ?

Samuel Benchetrit ne s’est pas calme. Apres des aventures au cinema (Janis et John, realise en 2003) et au theatre (Moins deux, piece creee en 2005, connait actuellement un succes considerable au theatre Hebertot), il revient aujourd’hui en librairie avec un projet tout a fait deraisonnable : raconter, en cinq livres, les trente premieres annees de sa vie.

Il aurait pu attendre d’avoir soixante ans pour faire le point. Il n’avait pas envie.

Voici donc le premier volume : son enfance.

  • La revue de presse Michele Gazier – Telerama du 4 janvier 2006

La nostalgie ne vient pas seulement avec l’age. A 30 ans a peine, Samuel Benchetrit s’en paie une belle tranche. Qu’on en juge a travers ces chroniques toutes entieres consacrees a l’enfance. La sienne bien sur. Drole et ambitieux projet que celui de ce jeune homme fonceur qui a deja a son palmares un premier livre tres remarque : Recit d’un branleur, des films d’un cote ou de l’autre de la camera, deux pieces de theatre, dont la derniere, Moins deux, encore a l’affiche du Theatre Hebertot, est unanimement saluee par la critique.

Au roman autobiographique, trop pesant et en un sens trop serieux, qui l’aurait contraint a se mettre en scene au detriment des autres, Benchetrit a prefere la nouvelle, dans sa brievete suggestive, sa souplesse et sa plasticite… L’art de la nouvelle selon Benchetrit passe d’abord par la reconstruction d’un parler banlieusard, d’un accent invente des cites qui est en lui-meme une langue. Crudite des mots, tendresse des sentiments, enchantement des dialogues qui sonnent juste et vrai… Chroniques de l’asphalte est un arret sur image, la photographie chahutee d’un temps que l’on pourrait dire heureux. Une lettre d’amour. Un adieu.