Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Collaborer avec les bacteries et autres micro-organismes : guide du reseau alimentaire du sol a destination des jardiniers

Auteur : Wayne Lewis | Jeff Lowenfels

Traducteur : Jean-Rene Dastingue

Date de saisie : 11/04/2008

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : Ed. du Rouergue, Rodez, France

Prix : 21.50 / 141.03 F

ISBN : 978-2-84156-927-4

GENCOD : 9782841569274

Sorti le : 11/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 12/04/2008

Les bons jardiniers savent que le sol est tout sauf une substance inerte. Un sol en pleine sante fourmille de vie – pas seulement de vers et d’insectes, mais d’une quantite stupefiante de bacteries, de champignons et d’autres micro-organismes. Lorsque nous utilisons des engrais chimiques, nous portons atteinte a la vie microbienne qui normalement suffit a satisfaire les besoins des plantes. Dans le meme temps, nous nous rendons de plus en plus dependants de tout un arsenal de substances artificielles, dont beaucoup sont toxiques pour les humains comme pour les autres formes de vie. Mais il existe une alternative : jardiner d’une facon qui renforce, au lieu de le detruire, le sol et son reseau alimentaire, ce reseau fragile et complexe d’organismes vivants dont les interactions creent un environnement favorable aux plantes. Dans cet ouvrage clair qui evite le jargon et les termes trop techniques, vous ferez mieux connaissance avec les differents organismes qui composent le reseau alimentaire du sol. Vous apprendrez ensuite comment l’entretenir et le regenerer afin d’optimiser la qualite de ce sol grace a l’emploi de compost, de jus de compost et de paillis, et quelles solutions favoriser en fonction de la composition de votre jardin (pelouse, potager, arbres et arbustes, vivaces et annuelles…). Bref, si vous voulez faire pousser des plantes vigoureuses et en bonne sante tout en cultivant votre jardin sans recourir aux produits chimiques, ce livre est fait pour vous.

Jeff Lowenfels est un journaliste specialise dans la nature. Il redige depuis plus de vingt ans une colonne hebdomadaire dans l’Anchorage Daily News et anime toutes les semaines une emission de radio.

Wayne Lewis est jardinier. Il a depuis vingt ans travaille avec Jeff Lowenfels sur de multiples projets, parmi lesquels le programme Un rang pour ceux qui ont faim (Plant a Row for the Hungry), qui encourage les jardiniers a ceder une partie de leurs recoltes a des organisations caritatives.

  • Les courts extraits de livres : 12/04/2008

Qu’est-ce que le reseau alimentaire du sol et pourquoi les jardiniers devraient s’y interesser ?

Etant donne son importance pour notre passion, il est etonnant que la plupart d’entre nous ne s’aventurent pas au-dela du fait de savoir qu’un bon sol soutient la vie vegetale et qu’un mauvais n’en est pas capable. Vous avez sans aucun doute vu des vers de terre dans de la bonne terre, et a moins que vous n’utilisiez regulierement des pesticides, vous avez egalement du croiser d’autres formes de vie : mille-pattes, collemboles, fourmis, limaces, larves de coccinelle, etc. L’essentiel de ces formes de vie se trouve en surface, dans les dix premiers centimetres ; certains microbes du sol ont ete decouverts vivant confortablement a la profondeur incroyable de trois kilometres sous terre. Quelques animaux ne suffisent cependant pas a faire un bon sol. Un bon sol fourmille litteralement de vie, mais c’est egalement un fait assez rare pour ressentir une vraie satisfaction lorsque c’est le cas.
En plus de tous les organismes que vous pouvez voir dans le sol des jardins (par exemple, il y a jusqu’a cinquante vers de terre sur pres d’un metre carre de bonne terre), il y a tout un monde compose d’organismes que vous ne pouvez voir a moins d’employer des optiques complexes et couteuses. C’est en effet avec ces moyens qu’apparaissent les organismes microscopiques -bacteries, champignons, protozoaires, nematodes – et dans des proportions tres importantes. Une cuillere a cafe de terre de jardin, telle qu’analysee par les microbiologistes, contient un milliard de bacteries invisibles, plusieurs metres d’hyphes fongiques tout aussi invisibles, plusieurs milliers de protozoaires et quelques douzaines de nematodes.
Le point commun a toutes les formes de vie presentes dans le sol est que chaque organisme a besoin d’energie pour survivre. Si quelques bacteries, que l’on appelle chimiotrophes, creent de l’energie a partir de soufre, d’azote, voire de composes ferreux, les autres doivent ingerer du carbone pour obtenir l’energie dont ils ont besoin afin de se maintenir en vie. Le carbone peut provenir de la matiere organique fournie par les plantes, des dechets produits par d’autres organismes ou leurs cadavres. La priorite majeure de toute la vie presente dans le sol est d’obtenir du carbone pour nourrir son metabolisme – sur et sous le sol, se trouve un monde ou l’on mange et ou l’on se fait manger.
Vous souvenez-vous de la comptine ou il est question d’une vieille dame qui avale une mouche par accident ? Elle avale ensuite une araignee pour attraper la mouche, puis un oiseau pour attraper l’araignee et ainsi de suite, jusqu’a ce qu’elle mange un cheval et meurt. Si vous faites un diagramme de qui devait manger qui, en commencant par la mouche et en finissant par ce cheval improbable, vous obtiendrez ce que l’on appelle une chaine alimentaire. La plupart des organismes mangent plus d’une sorte de proie et si vous faites un diagramme de qui mange qui sur et dans le sol, la chaine alimentaire simple et directe devient une serie de chaines liees et reliees les unes aux autres, creant un reseau de chaines alimentaires ou un reseau alimentaire du sol. Chaque milieu renferme des ensembles differents d’organismes et par la meme des reseaux alimentaires du sol differents.
Il s’agit de la representation graphique et simple d’un reseau alimentaire du sol bien que, comme vous devez l’imaginer, ce diagramme et d’autres representent des ensembles d’interactions, de relations et de processus physiques et chimiques complexes et hautement organises. L’histoire que raconte chacun d’eux, cependant, est simple et commence toujours avec une plante.