Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Comme disait Alphonse Allais

Couverture du livre Comme disait Alphonse Allais

Auteur : Patrice Delbourg

Date de saisie : 06/11/2005

Genre : Litterature Etudes et theories

Editeur : Ecriture, Paris, France

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-909240-64-0

GENCOD : 9782909240640

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Ne en 1854 de “parents francais mais honnetes”, Alphonse Allais reste a ce jour le plus pille des ecrivains francais, au point qu’on l’a surnomme “la Vache Allais”, bien que l’hydropathe de la butte ne crachat point sur l’absinthe. En un quart de siecle, le moustachu a publie la bagatelle de 1700 contes, histoires, fables express, holorimes ou pensees, ainsi que des dizaines de recettes de cocktails, calembours, loufoqueries, contrepeteries et propos logiques jusqu’a l’absurde. Il appartenait a Patrice Delbourg, acrobate du verbe et erudit litteraire, d’elever au prince des zutistes, mort a Honfleur le 28 octobre 1905, un mausolee. Cet abecedaire espiegle rend compte des multiples et excentriques facettes du premier des humoristes francais (et pas seulement par ordre alphabetique) modernite du style, technique du gag, humour et melancolie, taux d’alcoolemie, enquete de moeurs… Illustre d’extraits, de citations et de jugements de contemporains, voici le desopilant atlas de l’Allaisie.

Bien connu des auditeurs des “Papous dans la tete” sur France Culture, Patrice Delbourg est l’auteur d’une importante oeuvre poetique, recompensee par les prix Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Cet artiste du calembour a bien merite d’Alphonse Allais, comme en temoignent les titres de certains de ses livres Demandez nos exquis mots (Le Cherche Midi), Chassez le naturiste il revient au bungalow (Les Belles Lettres)…

  • La revue de presse Jacques Nerson – Le Nouvel Observateur du 3 novembre 2005

Il y a les ecrivains qui pressent le pas tant ils ont hate de se delivrer de ce qu’ils ont a dire : fouette, cocher ! Ainsi Stendhal, qui peut abattre une phrase en plein vol par un brusque et desinvolte et c?tera. Et puis il y a les autres, les flaneurs, qui preferent le chemin au but. Patrice Delbourg en fait partie. Si vous etes ennemi des nefastes fast-foods, si vous etes pret a rester a table le temps qu’il faut, sans eluder amuse-gueule et pousse-cafe, prenez place, un gueuleton vous attend ! Ce n’est pas la narration qui interesse Delbourg, mais la description. Tout ce qui lui permet de deployer ses chapelets de mots precieux, sa collection de jolites en oubliance, sans compter les a-peu-pres dont ce calembouriste est friand…