Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Correspondance 1926-1934 (ANNOTE ET EPILOGUE PAR FRANCOISE SIMONET-TENANT)

Auteur : Catherine Pozzi, Jean Paulhan

Au sujet de Catherine Pozzi (1882-1934), Jean Paulhan écrivait au jeune Dominique de Roux, vers 1963 : « Karin Pozzi était une grande jeune femme, gracieuse et laide, qui fut la femme de É[douard] Bourdet, la mère de Claude B[ourdet] et la maîtresse de Valéry (à qui s’adresse le poème « la grande amour.») Elle n’a pas écrit d’autres poèmes que ceux-là, mais une sorte d’essai métaphysique : Peau d’âme (chez Buchet) et deux ou trois notes qui ont paru dans la nrf (une sur Julien Lanoë). Ah, et un admirable récit, Agnès (nrf). » Presque quarante ans plus tôt, Jean Paulhan, nommé depuis peu rédacteur en chef de La Nouvelle Revue Française, avait fait la connaissance de cette femme fragile et tuberculeuse, énigmatique et hautaine – alors la maîtresse de Paul Valéry – qui venait de refuser de signer de son nom son premier texte publié, Agnès. Du cryptage compliqué des premiers temps (1926-1927) aux dérobades de l’écrivain avéré (1930-1932), jusqu’aux tensions et malentendus (1932-1934) autour d’une oeuvre inachevée de Catherine Pozzi, Peau d’Âme, cette correspondance croisée entre un auteur hypersensible et son éditeur pressant et intrigué donne à comprendre la difficulté croissante d’une relation que son Journal 1913-1934 laissait déjà transparaître : chaque nouvel écrit de Catherine Pozzi, envoyé « à l’ami, non au grand Directeur », est l’occasion d’une nouvelle crise d’incompréhension mutuelle. « Il y a tant de raisons d’écrire, outre celle de publier, expliquait Catherine Pozzi à Jean Paulhan, dans sa lettre du 10 juin 1931. Par exemple exalter la conscience, l’attention ; tracer un chemin ; son chemin ; détruire ; croître. Et tout se ramène à une certaine forme de vie, qui est l’oeuvre par excellence, et dont, peut-être, la chose écrite se détacherait plus naturellement et moins perceptiblement s’il était admis qu’en effet la vie soit l’oeuvre. Cette opinion est d’ailleurs démodée, tout athénienne qu’elle soit. »