Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Coup pour coup

Auteur : F.X. Toole

Preface : James Ellroy

Traducteur : Bernard Cohen

Date de saisie : 03/01/2007

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Prix : 22.90 / 150.21 F

ISBN : 978-2-226-17343-0

GENCOD : 9782226173430

Sorti le : 03/01/2007

Acheter Coup pour coup chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le journal sonore des livres : Lu par Agathe Lhuillier – 09/03/2007

Telecharger le MP3

Agathe L’huillier – 15/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 11/01/2007

” La boxe aimante les ecrivains.
Quand j’ai lu La brulure des cordes, j’ai decouvert que cette fixation etait aussi une mine d’or. Le livre regorgeait de details que seul un homme du metier pouvait connaitre. Il etait sauvage et melancolique, parfois d’une douceur poignante. Ici, la tonalite sauvage s’accentue encore. Coup pour coup est un livre de la pleine maturite, avec des notes subtiles de deuil et d’elegie qui lui donnent quelque chose de musical.
Une etrange douceur en emane. C’est une symphonie inachevee qui s’eteint en mode mineur. FX. est mort. Sa courte vie litteraire a ete exceptionnelle et tout entiere vouee a la boxe. Pour lui, le Monde etait les Combats et les Combats etaient le Monde. S’il existe un au-dela, j’espere qu’il s’y trouve un ring de dix-huit pieds rien que pour lui. ” James Ellroy

Apres La brulure des cordes qui a inspire a Clint Eastwood Million Dollar Baby, le film aux 4 Oscars, l’ancien boxeur et entraineur F.X. Toole laissait derriere lui ce roman posthume que la presse americaine salue comme un veritable chef-d’oeuvre.

  • La revue de presse Christian Authier – Le Figaro du 11 janvier 2007

On retrouve dans ce roman posthume l’univers des rings, des gants, des entrainements, que l’auteur restitue avec une precision jamais rebarbative et qui sert d’abord a mettre en scene des etres de chair et de sang. La boxe n’est pas ici le sujet, mais le decor, le theatre d’une tragedie reposant sur des motifs eternels : la culpabilite, la chute, la redemption, l’esperance, le pardon…
Victoires ou defaites : les plus beaux combats sont ceux que l’on mene jusqu’au bout, nous souffle Coup pour coup. Qu’il s’agisse d’un chien errant, d’une visite dans un cimetiere ou d’aveux posthumes enregistres sur une cassette, F. X. Toole nous bouleverse. C’est le coeur qui a lache chez lui. On en entend encore les battements a chaque page de ce roman que l’on referme chancelant, mais heureux.