Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Crépuscule

Auteur : Michel Flaque

L’histoire d’un homme, obsédé par Christine Angot, qui lutte pour vivremalgré son mal-être et les sentiments d’exclusion et d’incompréhension qui l’habitent.

« Je vois tout en Christine Angot. La femmemystérieuse. L’impossible atteint. L’envie de la posséder. Sa proximité. Sentir qu’elle n’est pas loin et que je peux la toucher. Vaincre la tenace envie de la saluer. Ressentirmon coeur battre la chamade. Résister. L’aimer. La regarder. L’idéaliser. Prier pour elle. Ne plus prier etme rappeler que je ne suis pas religieux. Prier de nouveau et penser encore à elle.
Refaire trente-sixmille fois sa rencontre. Oublier. Repenser. Oublier encore. Espérer toujours lire ses livres. Harcelermon libraire pour obtenir ses nouveautés. Appeler son éditeur et tomber sur le secrétariat. Demander la date de sa prochaine publication.Me raviser au téléphone. Raccrocher. Rappeler. La dameme fait comprendre que c’est confidentiel. Je l’insulte. Je raccroche. Jem’en veux. Je rappelle.
Elle raccroche au son dema voix. Je rappelle de nouveau. Ellem’écoute. Je l’insulte. Elle raccroche. Je rappelle. Elleme dit qu’elle va porter plainte. Je suis content. Enfin, Christine saura que j’insiste pour la voir. Je prends peur, car je sais que ceci peut se réaliser. Je ne veux surtout pas rencontrer Christine. Alors je rappelle et jem’excuse. La dame dit : « Ouais, ouais, c’est ça. » Je sens ma tête qui va exploser. Je prends des cachets. J’essaie de dormir. Je n’y arrive pas. Jem’en veux d’être resté sans voix. Je cherche sur Internet des billets pour ses spectacles littéraires. J’en achète dix. Je prends le train pour Paris. J’y suis. Elle semet à lire. Je l’écoute. Je rêve. J’aime quand elle lit. Je ne veux pas que cet instant s’arrête. J’ai subitement peur. C’est la fin du spectacle et tout le monde s’en va, saufmoi. Je ne sens plusmon coeur. Je suis resté tout seul. Elle s’en va. Je suis pourtant venu pour tout lui dire. Elle s’en va, sans un mot à mon égard.Ma bouche est soudée. Les gardiensme portent jusqu’à l’extérieur. Je m’endors. Jeme réveille aux urgences. Tout seul. Dans une chambre impersonnelle. Elle n’y est pas. Je transpire. Quand ça vamieux, je rentre chezmoi. Je prends un rendez-vous avecmon psychologue. Il m’écoute. Je parle et je ne veux plusm’arrêter. Christine au début, Christine à la fin. »