Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Daphne disparue

Couverture du livre Daphne disparue

Auteur : Jose Carlos Somoza

Traducteur : Marianne Millon

Date de saisie : 03/09/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Lettres hispaniques

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-7427-7733-4

GENCOD : 9782742777334

Sorti le : 03/09/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Noemie Roussel de la librairie PRIVAT SORBONNE a NICE, France (visiter son site) – 14/07/2012

Un voyage toujours aussi passionnant dans l’imaginaire de Somoza. Apres la peinture et la poesie, il nous entraine dans le monde fascinant de l’ecriture. Profond et envoutant, le monde editorial se devoile peu a peu pour notre plus grand plaisir.

  • Le choix des libraires : Choix de Max Buvry de la librairie VAUX LIVRES a VAUX-LE-PENIL, France (visiter son site) – 14/07/2012

Je suis tombe amoureux d’une inconnue est la premiere phrase d’un court texte incomplet ecrit par Juan Cabo, ecrivain a succes. Il l’a (ou l’aurait) ecrit quelques heures avant un accident de la route qui le rendit amnesique dans un restaurant tres litteraire… Il le retrouve dans un petit carnet enigmatique a sa sortie d’hopital… A partir de ce court texte, Juan Cabo (ou Jose Carlos Somoza ou quelqu’un d’autre qui sait ?) oriente ou desoriente le lecteur dans une aventure entre fiction et realite. La perspicacite de Juan Cabo et du lecteur seront mises a l’epreuve pour deceler le vrai du faux. L’amnesie engendre le doute chez l’ecrivain, doute permanent sur la veracite des faits, des ecrits, de la creation litteraire (Il m’arrive une chose tres bete, vraiment tres bete, dis-je. Je suis ecrivain, de sorte que je ne peux me fier a ce que j’ecris. Qui sait si ce que j’ai ecrit hier, je l’ai invente ou vecu ? Et si je ne l’ai pas vecu, dans quelle mesure l’ai-je invente ? Amnesique, comme je suis, comprenez-le, les mots en soi ne suffisent pas…). Un terrible labyrinthe ou le lecteur suit l’ecrivain et le heros. L’auteur, specialiste des Metamorphoses d’Ovide, saura-t-il retrouver son chemin et cette belle inconnue ? Intrigue palpitante au service et sur la creation litteraire. Cette enquete originale et haletante a la chute inattendue reussira peut-etre a faire douter le lecteur de l’assertion “la seule chose reelle d’un texte est l’auteur” ?

Tu inventes, j’invente, nous inventons tous, personne ne peut vivre sans inventer.

Vous croyez que vous pensez librement, je crois que je pense librement, mais nous nous trompons tous les deux : en fait, nous pensons et nous faisons ce que cet etre invisible nous ordonne – La vie fonctionne comme ca, mon ami. Nous sommes de simples personnages.

Le passe de tout etre humain est identique a celui de tous ; nous ne nous differencions qu’au moment de le raconter

  • Le choix des libraires : Choix de Jean-Pierre Ohl de la librairie GEORGES a TALENCE, France (visiter son site) – 14/07/2012

Apres un accident de voiture, Juan Cabo a perdu la memoire. A son reveil, on lui apprend qu’il est un ecrivain celebre. Peu avant le drame, il a note cette phrase dans son carnet : Je suis tombe amoureux d’une femme inconnue. Mais s’agit-il d’une allusion a un evenement reel ou bien d’un debut de roman ?

Daphne disparue a ete publie en Espagne la meme annee que La caverne des idees, et de nombreux points de convergence existent entre les deux livres. Dans l’un et l’autre, Somoza noue et denoue les fils de son echeveau favori : l’intrication du reel et de la litterature. Ses personnages vivent dans un monde ou la ligne de partage entre reel et imaginaire n’est pas nettement tracee ; ou l’essentiel n’est pas de demeler le vrai du faux, mais de savoir ce qui a du sens et ce qui n’en a pas. Ce sens ne cesse de miroiter, puis de filer entre leurs doigts comme de l’eau vive : experience o combien frustrante mais c’est peut-etre justement dans cette frustration que reside le sens ! Emaille de trouvailles cocasses et poetiques – ce restaurant frequente uniquement par des plumitifs qui passent plus de temps a ecrire ce qu’ils voient qu’a manger, cette muse professionnelle posant pour des ecrivains en mal d’inspiration, cet editeur qui commande a plusieurs centaines d’auteurs le recit exhaustif d’une meme nuit madrilene – Daphne disparue est une subtile meditation qui se lit comme un thriller : du Raymond Roussel revu et corrige par Chandler ou Hammett. Un plaisir de lecture a la fois intense et raffine.

  • Le choix des libraires : Choix de Chantal Bonnemaison de la librairie COLOPHON a GRIGNAN, France (visiter son site) – 14/07/2012

Juan Cabo est un ecrivain celebre, mais il a perdu la memoire.
Il cherche a retrouver le fil de sa vie, a mettre en mots la suite de cette mysterieuse phrase couchee sur son carnet : “Je suis tombe amoureux d’une femme inconnue”, en faisant le parcours a l’envers.
Il rencontre de nombreux personnages qui se metamorphosent.
Tout s’emmele, se demele dans ce labyrinthe d’une histoire en construction. Ou est la fiction ? Quels roles jouent les protagonistes de cette histoire ? Qui est reellement Juan Cabo ? Qui est Muse Gabbler Ochoa ?
Plus nous avancons dans notre lecture, plus nous sommes envahis de questions, completement pris dans la toile de la narration.
Recit en abime, livre dans le livre, questionnement sur la creation ; ce livre qui vous prend est une passionnante aventure dans l’imaginaire, la fiction pure, d’un irresistible charme, en filigrane “Les Metamorphoses” d’Ovide.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Je suis tombe amoureux d’une femme inconnue : romancier a succes, Juan Cabo ne dispose que de ces quelques mots pour reconstruire son identite. Il les a couches sur un carnet avant l’accident qui lui a coute la memoire. Mais l’inconnue est-elle une creature reelle ou de fiction ? De retour au cercle litteraire, ou il a dine le soir de la tragedie, Juan Cabo y rencontre une poignee de figures equivoques puis un detective specialise dans les affaires litteraires, qui lui presente une muse vendant des postures aux ecrivains en mal d’inspiration. Dans un etonnant dedoublement de la realite, avec Les Metamorphoses d’Ovide en surimpression, les personnages finissent par trouver leur auteur et, grand instigateur de tous les stratagemes, l’ecrivain en vient a posseder un pouvoir a faire palir les dieux de l’Olympe.
Comme dans tous les romans qui suivront Daphne disparue, J.-C. Somoza excelle a brouiller les pistes, mais ici protagoniste et lecteur jouent a armes egales : ils ne disposent que du texte pour resoudre toutes les enigmes.

Jose Carlos Somoza est ne a La Havane en 1959 et vit a Madrid Ses ouvrages, parus chez Actes Sud, La Caverne des idees (2002, Babel n 604), Clara et la penombre (2003, Babel n 669), La Dame n 13 (2005, Babel n 793) et La Theorie des cordes (2007, Babel n 911), sont traduits dans le monde entier.