Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

De la cite a la City

Auteur : Hamid Senni

Preface : Laurence Parisot

Date de saisie : 10/01/2007

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Archipel, Paris, France

Prix : 17.95 / 117.74 F

GENCOD : 9782841879007

Sorti le : 10/01/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Francois Attia – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Francois Attia – 23/05/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Tu t’appelles Hamid Senni ? Mon vieux, tu devrais changer de prenom, ce serait plus facile.

Des gens comme vous, monsieur, on n’en a pas besoin.

Vous etes trop ambitieux, vous ne trouverez jamais d’emploi.

J’avais pourtant envoye des dizaines et des dizaines de CV en France. Pas de stage, pas de boulot. Fils d’ouvrier marocain, j’etais condamne a la galere, en depit de mes diplomes. Alors je me suis expatrie : la Suede, l’Angleterre. Des pays ou les competences comptent plus que le nom ou les origines. Ou l’on vous donne votre chance.

Aujourd’hui, je m’appelle toujours Hamid Senni. Mon entreprise de conseil (Vision Enabler) a son siege a la City de Londres. Et ma double culture m’a rendu plus fort. La colere des banlieues, la crise du CPE, la controverse sur la discrimination positive ? J’en tire une conviction : nos cites regorgent de talents qui sont une chance pour notre pays. Une societe qui ne tire pas profit de sa diversite avance a reculons.

H. S.

Issu d’une famille de huit enfants, Hamid Senni est ne en 1975 dans une cite-dortoir des environs de Valence (Drome). Il dirige aujourd’hui sa propre entreprise, a Londres.

Brigitte Dusseau est responsable de la redaction de l’Agence France-Presse dans la capitale britannique.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Impasse Cendrillon

N’abandonne jamais, m’a toujours dit mon pere. Et pourtant, ce n’est pas l’envie qui m’en a manque. J’ai passe ma vie a boire la tasse, a me remettre a nager, a sombrer, a toucher le fond, a rebondir si haut que je croyais marcher sur les eaux, a boire la tasse a nouveau.
Jusqu’au moment ou mes efforts et mon optimisme ont paye.

J’etais parti avec un sacre handicap. J’ai grandi impasse Cendrillon dans une cite HLM, la Soric, au bord d’un etang. Le choix etait simple : l’impasse, les horizons etriques, la noyade, ou bien le conte de fees.
Tous les gamins, meme arabes, veulent croire aux contes de fees et je ne faisais pas exception a la regle. J’ai passe des annees a ecouter Jean-Jacques Goldman, persuade que, moi aussi, j’irai au bout de mes reves, tout au bout de mes reves….
Mais, d’experience, j’apprendrais bientot qu’il me faudrait sortir de l’impasse a tout prix, quelles que soient les galeres. Quitter la Soric, quitter Tournon et meme, a regret, mon pays la France.
Aujourd’hui, chef d’une jeune entreprise installee dans la City, moi, le fils d’immigre marocain qui serais devenu, en France, au mieux, livreur ou vendeur d’aspirateurs, je ne me suis jamais senti autant international et francais, fier de l’etre. A Londres, on m’appelle le Frenchie et on me prend au serieux. Je n’en reviens toujours pas. On m’y a donne ma chance. Et sans que j’aie a changer de prenom.
Hamid le Frenchie !
Malgre tout je ne sais pas si je pourrai un jour revenir vivre, aimer et travailler en France. La France qui est en principe mon pays.
Fils d’immigre, je suis a mon tour devenu un immigre, pour me realiser.
Autant dire que ce n’etait pas mon reve de depart.