Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

De l’autre cote de la nuit (Mrs Clark a Las Vegas)

Couverture du livre De l'autre cote de la nuit (Mrs Clark a Las Vegas)

Auteur : Christine Arnothy

Date de saisie : 18/06/2007

Genre : Noir

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Litterature francaise

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-213-62814-1

GENCOD : 9782213628141

  • La voix des auteurs : Christine Arnothy – 18/06/2007

Telecharger le MP3

Christine Arnothy – 18/06/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Charlotte Thomas – 31/05/2007

Telecharger le MP3

Charlotte Thomas – 31/05/2007

  • Les presentations des editeurs : 30/05/2007

Nous sommes a Las Vegas, paradis pour les gagnants mais suicidaire pour les perdants. Betty Clark admettra-t-elle un jour que William Harrison, tout-puissant milliardaire, n’est pas son oncle, mais son pere ? Peut-elle croire a la confession de sa mere ? Succombera-t-elle a l’atmosphere des salles de jeux et a la fortune colossale que l’oncle lui fait miroiter ? Son fils Jimmy, presque adolescent, est considere par Harrison comme son heritier numero 2. Il voudrait lui financer des etudes a Harvard, un avocat pourrait lui etre utile un jour…
Peuple de personnages redoutables, ce nouvel episode revele le visage d’une certaine Amerique mais aussi les eternels tourments d’une mere confrontee a la drogue. Christine Arnothy nous introduit dans les mysteres de Las Vegas, ville etincelante, mais parfois proche de l’enfer.

  • Les courts extraits de livres : 30/05/2007

Le jet loue par Betty effectua un atterrissage brusque a l’aeroport d’Atlanta. Le contact avec le sol fut rude. Lord detacha la ceinture des enfants. Les yeux gonfles de sommeil, ils passerent devant le pilote qui les salua aimablement.
Ils se dirigerent vers l’un des bureaux de location de voitures, au rez-de-chaussee du batiment. Betty prit une liasse de billets dans son sac et la tendit a Lord.
– Payez en especes, s’il vous plait.
Quelques personnes faisaient la queue devant le comptoir. Apres avoir patiente pendant vingt minutes, Lord parvint devant l’employe. Il signa quelques papiers et revint vers Betty. Ils monterent dans un mini-car qui les conduisit au parking.
– Je voulais rester a la maison, dit Jimmy a sa mere. Pres d’oncle Willy. Tu m’emportes comme si j’etais un paquet !
– Jimmy etait mechant avec moi dans l’avion ! se plaignit Patty en pleurnichant.
– Vous m’embetez ! dit Betty.
Ils monterent dans l’Oldsmobile bleue louee par Lord.
– J’ai faim, grogna Jimmy. (Il etait furieux.) Plus tard, je ferai ce que je veux et pas ce que tu decides. Je serai avocat. Oncle Willy m’offrira des etudes a Harvard. Si tu me fais manquer tout le temps l’ecole, on ne voudra pas de moi la-bas.
– Tu ne sais meme pas ou est Harvard, dit Betty en s’efforcant de conserver son calme.
Elle avait envie de rabrouer ses enfants, de les secouer. Elle supportait mal le regard froid de Jimmy. L’Oldsmobile quitta le parking. Betty se mit a expliquer aux enfants avec une douceur tres etudiee :
– On va chercher Mammy, et apres, nous partirons pour Las Vegas. Nous aurons la-bas une vie bien plus agreable qu’a New York. Nous nous installerons pendant quelques semaines a l’hotel. Plus tard, nous irons au ranch d’oncle Willy.
Si ses enfants etaient trop jeunes pour etre ses allies, ils etaient assez grands pour raconter a Willy tout ce qu’elle voulait qu’il ignore. Il lui fallait une fois de plus mentir, voiler la realite, inventer un futur idyllique digne d’un happy end de film pour enfants.
– Si l’oncle Willy venait pour nous retrouver a Las Vegas, reprit Jimmy, je serais content. On rit bien ensemble !
– Ah bon ? Je ne savais pas que mon oncle etait si drole.
– Avec moi, il rit.
Betty fut gagnee par une vague de jalousie.