Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Dejante

Auteur : Hugo Hamilton

Traducteur : Katia Holmes

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Policiers

Editeur : Phebus, Paris, France

Collection : Rayon noir

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-7529-0159-0

GENCOD : 9782752901590

Acheter Dejante chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Dure vie que celle de flic dans le Dublin d’aujourd’hui : la crasse, la violence, la drogue… le progres, quoi. Et voila qu’on vous crucifie un gus – doux Jesus ! – sur la porte d’un hangar a bateaux, la tronche couronnee jusqu’au col par un mechant sac en plastique. Saloperie d’epoque ! Allons, tout n’est quand meme pas perdu : la Guinness continue de couler au robinet, et l’ami Pat Coyne, chevalier exemplaire, est la qui vous protege, pret a nettoyer votre bonne ville de toute la racaille qui voudrait la pourrir jusqu’a l’os… Seul probleme: a vouloir jouer les chevaliers aujourd’hui, on ne s’expose pas seulement a recevoir des coups, voire a finir dans une bagnole-cercueil au fond des eaux du port… on risque de peter les plombs, tout simplement.

Sentiment de la presse anglo-saxonne et allemande “Un thriller des plus rejouissants ; a la fois tres noir et tres drole… et qui vous balance dans les coins d’ombre de la vieille Irlande, sans respect aucun pour les vaches sacrees, quelques jolies bombes incendiaires.” Sunday Independant

“Une sacree caricature des demons de l’ame irlandaise !” Die Welt.

Hugo Hamilton : decouvert fin 2004 avec Sang impur (Prix Femina/Etranger ; elu par la redaction de LIRE parmi “les 20 meilleurs livres de l’annee”), il est considere dans son pays comme le maitre absolu du polar a l’irlandaise : noir, tres noir.

  • La revue de presse Andre Clavel – Lire, avril 2006

On a decouvert Hugo Hamilton avec le remarquable Sang impur (prix Femina etranger 2004), roman autobiographique ou il racontait son enfance dans le Dublin des annees 1950, sous la ferule d’un pere aussi foutraque que nationaliste. En signant le tres secouant Dejante, Hamilton passe au polar muscle, avec scenes a la James Bond, cadavres crucifies et crapuleries en serie… Pas de doute : avec Pat Coyne, le flic dejante, le Zorro des bas-fonds, Hamilton vient d’inventer un personnage dont on reparlera… Pour ses premiers pas au royaume du thriller, Hamilton n’a pas rate le coche.

  • La revue de presse Christine Rousseau – Le Monde du 7 avril 2006

… Encense par ses pairs – Roddy Doyle, Joseph O’Connor… – et la critique, Hugo Hamilton a pourtant attendu la parution de Sang impur (Phebus), son septieme livre, pour connaitre enfin la consecration du public…

Simple garda (flic), au moins en apparence, ce trentenaire marie et pere de deux enfants est tres certainement “le citoyen le plus complique d’Irlande”. Petri de contradictions, capable de lancer avec eloquence de longues diatribes contre la societe de consommation et ses mefaits sur l’environnement, Coyne se debat avec les mots, des lors qu’il s’agit de parler d’amour ou d’affection. Hante par la mort d’un pere dont il n’a jamais reussi a s’approcher, il a toutefois fait sien son combat pour “reformer la societe”, en proie a l’industrie montante du crime, et “nettoyer la ville” de toute la pourriture qui la ronge. A commencer par l’ennemi public numero un, Berti Cunninghan, dit “The Drummer”. Veritable bete noire des policiers, qu’il nargue grace a une parfaite connaissance du code penal, cet “honorable” patron de night-club a pour peche mignon, outre les kebabs qu’il partage avec ses rottweilers, d’offrir une derniere gigue a ses victimes avant de les crucifier sur les portes des hangars…

On ne devoilera pas ici le final grandiose que nous propose Hamilton sur les bords de la Liffey. Un final a la hauteur de ce roman noir des plus jubilatoire qui confirme que Hamilton est bien l’un des grands d’Irlande.

  • La revue de presse Andre Clavel – Lire, avril

… En signant le tres secouant Dejante, Hamilton passe au polar muscle, avec scenes a la James Bond, cadavres crucifies et crapuleries en serie. Pat Coyne, son heros, est une sorte de Nestor Burma dublinois. Il aime donc rouspeter, et il ne manque jamais d’humour. Ecolo sur les bords, irrite par les artistes au rabais – il faut dire que sa femme prend des cours de dessin avec un prof en velours cotele ! -, il n’ignore pas qu’on doit toujours donner dans la derision, avant qu’un autre le fasse a votre place… Ca risque de barder mechamment, dans un Dublin en surchauffe dont Hamilton brasse la boue et la lie, lesquelles se melangent a des flots de Guinness frelatee et d’hemoglobine avariee. Avec, dans les roles secondaires, des avocats marrons, un indic pourri et une junkie roulee comme un joint. Pour ses premiers pas au royaume du thriller, Hamilton n’a pas rate le coche.