Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Dernier tramway pour les Champs-Elysees

Auteur : James Lee Burke

Traducteur : Freddy Michalski

Date de saisie : 01/10/2008

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Thriller

Prix : 20.00 / 131.19 F

ISBN : 978-2-7436-1864-3

GENCOD : 9782743618643

Sorti le : 01/10/2008

Acheter Dernier tramway pour les Champs-Elysees chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 30/10/2008

Par une soiree pluvieuse en cette fin d’ete, Dave Robicheaux se sent d’humeur morose. Meme s’il ne boit plus, il cherche a retrouver la chaleur et l’ambiance des bars qui le renvoient a la Louisiane de son enfance. Assis au comptoir chez Goldie Bierbaum, il voit entrer un jeune homme au crane rase. Un petit dealer qui joue aussi dans des pornos, un type pas regardant sur les besognes qu’on le charge d’executer. Qui lui a ordonne d’aller tabasser sauvagement le pere Jimmie Dolan, pretre a la reputation sulfureuse et ami de Robicheaux ?
L’agression perpetree contre le pere Dolan va emmener Dave Robicheaux sur des chemins imprevus, a la rencontre du fantome de Junior Crudup, un bluesman incarcere a Angola dans les annees trente. Un mystere plane toujours sur le destin de ce musicien genial, jamais ressorti de la prison ou il purgeait sa peine. Qu’est-il devenu ? Enigme d’autant plus troublante que la petite-fille du chanteur est aujourd’hui sur le point d’etre depossedee de sa ferme par une societe qui gere les residus toxiques de l’industrie petroliere. Robicheaux se sait en terrain mouvant lorsqu’il s’apercoit que le proprietaire de cette societe n’est autre que Merchie Flannigan. Un nom qu’il connait. Flannigan a en effet epouse Theodosha LeJeune, issue d’une riche famille, et… ancien amour de Dave Robicheaux.
Dans ce beau roman crepusculaire, marque par l’absence et la mort, James Lee Burke confronte son alter ego Robicheaux a une descente aux Enfers. Sur les Champs-Elysees de La Nouvelle-Orleans, pas de felicite mais une ligne de tramway desaffectee, a l’image du terrible destin de Junior Crudup.
Le grand styliste qu’est Burke n’a rien perdu de son lyrisme pour evoquer les maux du Sud americain a travers une intrigue magistralement construite.

James Lee Burke est l’auteur du best-seller Dans la brume electrique avec les morts confederes, que Bertrand Tavernier vient d’adapter au cinema avec Tommy Lee Jones dans le role de Robicheaux.

  • La revue de presse Frederic Vitoux – Le Nouvel Observateur du 30 octobre 2008

Ou en sont les grands ecrivains americains qui ont choisi le genre policier pour mieux s’exprimer ? James Crumley est mort, Mchael Connelly pietine, James Ellroy a deja ecrit ses chefs-d’oeuvre… Reste James Lee Burke, l’homme de la Louisiane, des bayous et de la Nouvelle-Orleans…
Il y a un ton, un regard, une precision fantomatique du style et de la narration, chez James Lee Burke, depuis son premier chef-d’oeuvre, Dans la brume electrique avec les morts confederes, que Bertrand Tavernier vient d’adapter, avec Tommy Lee Jones.

  • Les courts extraits de livres : 18/11/2008

La semaine qui suivit Labor Day, apres un ete de secheresse dont les vents chauds avaient reduit la terre des champs de canne en poussiere aride tissee de craquelures comme des toiles d’araignee, les averses se remirent de la partie sur les marais, la temperature baissa de dix degres et le ciel immacule d’un bleu dur de ceramique se mit a ressembler a l’interieur d’une enorme coupe renversee. Je passais mes soirees sur le perron arriere d’une maison de location batie tout en longueur sur Bayou Teche, d’ou je regardais passer les bateaux aux lueurs du crepuscule en ecoutant le sifflement lointain du Sunset Limited. Des que le ciel se vidait de sa lumiere, la lune se levait pareille a une planete orange au-dessus des chenes qui couvraient mon arriere-cour et je choisissais ce moment pour rentrer et preparer mon diner que je mangeais en solitaire a ma table de cuisine.
Mais dans mon coeur, comme a chaque automne, les odeurs de gaz portees par le vent, le vert sombre mouchete d’or des arbres, le pourtour des feuilles illumine de flammes etaient moins les signes d’un ete indien que le prelude aux pluies de l’hiver et a ses journees de decembre et de janvier breves et grises, ou l’on verrait alors monter dans le ciel le panache de fumee des feux de chaumes dans les champs de canne, tandis que le soleil ne serait plus qu’une vapeur jaune a l’ouest.