Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Derniers remords avant l’oubli

Auteur : Jean-Luc Lagarce

J’aurais préféré ne rien voir. Je me souvenais suffisamment. Et rester là, comme une cousine pauvre…
Ce que je voudrais que vous sachiez : je craignais de gêner par ma présence, vous ne m’avez jamais beaucoup aimée, Hélène et vous ; et lui, près de vous, il m’aime moins, je préfère ne pas le constater. Un peu exclue par avance, inopportune, là à m’extasier sans fin sur le jardin, l’air de la campagne -je ne vous ai pas dit ? Je n’aime pas beaucoup la campagne et nous ne souhaitons pas prendre votre place ; venir s’y reposer, le barbecue, la tondeuse à gazon pour l’herbe haute, nous ne sommes pas fatigués…