Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Des filles qui dansent

Auteur : Stephane Hoffmann

Date de saisie : 17/04/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Collection : Romans francais

Prix : 16.00 / 104.95 F

ISBN : 978-2-226-17701-8

GENCOD : 9782226177018

Sorti le : 04/04/2007

Acheter Des filles qui dansent chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 08/06/2009

Chronique sentimentale tendre et cocasse, ce roman nous emmene a La Baule, le temps d’un ete, dans le flou des armees 80.
Le sable y est chaud, et les filles, jolies, n’en finissent pas de danser. Jerome, un jeune homme desireux d’echapper a sa condition de ” plouc “, y decouvre l’arrogance de la bourgeoisie, le charme des femmes mures, et surtout la fraicheur de l’amour. Mais la romance tourne delicieusement au jeu de massacre ou tromperies, compromis et deceptions tiennent le premier role… Un portrait romanesque a la fois drole, brillant et sensible, entre revolte juvenile, gout du plaisir et sentiment amoureux.
Car Stephane Hoffmann possede cette intelligence malicieuse, elegante et un peu desabusee de rire de nos faiblesses. Avec lui, les mauvais souvenirs ne sont jamais eternels et virent souvent a la comedie…

  • La revue de presse – Paris-Match du 17 avril 2008

Le prix Breizh, remis chaque annee par dix ecrivains bretons au meilleur livre mettant ces chers voisins en scene, a ete attribue a Stephane Hoffmann pour Des filles qui dansent. Pour une fois, un roman fait du bien. Un esprit libre s’amuse a etre un peu macho, un peu reac, un peu odieux et un peu niais. Les femmes, les filles, les riches, les pauvres, les vieux, la Bretagne, Nantes, la fac, les patrons… Un ecrivain en parle comme vous et moi, sans prudence ni muflerie, sans cynisme ni calcul, au passage, comme ca, sans insister mais en tapant juste a chaque fois. C’est emouvant et ca decoiffe…
Mais, enfin, on rigole et on est emu. Si vous esperez une Bretagne laborieuse, dure au mal et pleine de marins pecheurs heroiques, passez votre chemin. Ici on est dans la presqu’ile de Guerande, la Riviera atlantique. C’est plus bling-bling que capitaine au long cours. Mais c’est subtil, malicieux, bien vu, bien ecrit.

  • La revue de presse Jerome Garcin – Le Nouvel Observateur du 10 mai 2007

Dans son roman Des filles qui dansent, Stephane Hoffmann decrit avec brio le charme puant de la bourgeoisie et avec tendresse l’ete des amours…
Le roman social de Stephane Hoffmann a un charme fou. Un charme francais. Rien n’y est demontre, tout est suggere. Il decrit la sauvage Briere avec un lyrisme contenu et la plage des vacances avec une ironie tendre, plus quelques calembours. Il installe la guerre des classes dans les decors de Diane Kurys et la traite comme Sagan dans les Faux-Fuyants, bonheur, impair et passe. Le romancier ressemble a son heros, c’est un seducteur qui s’ignore et un desabuse joyeux. Si les vacanciers ont du gout, Des filles qui dansent sera le succes de l’ete.

  • La revue de presse Christian Authier – Le Figaro du 12 avril 2007

Un roman plein de grace, d’humour et de nostalgie diffuse sur les filles droles et libres que l’on n’oublie pas. Stephane Hoffmann est un romancier rare et un ecrivain prolixe. Voici seulement son cinquieme roman depuis 1990 dans une bibliographie riche d’une douzaine de titres. C’est un homme qui publie selon ses envies et non selon un plan de carriere, ce qui explique aussi que ses livres soient si bons…
Dans Des filles qui dansent (quel titre !), il nous emmene au debut des annees 1980 sur les pas de Jerome qui a grandi dans les marais de Briere…
Des filles qui dansent nous offrent le portrait d’une petite Francaise dont on ne peut que tomber amoureux. Rien de minable ni d’ordinaire ne touche cette Camille douee pour toutes sortes de choses inutiles, a la fois belle et jolie, capable de tout effacer comme de se glisser dans le decor avec naturel…
Outre la peinture d’une bourgeoisie provinciale deja croquee dans Chateau Bougon (prix Nimier 1991), Stephane Hoffmann saisit les lumieres du temps passe qui eclairent ce roman aussi allegre que triste et qui en font toute sa beaute…