Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Dialogue, n 179. Le fraternel dans le travail therapeutique

Auteur : Didier Drieu | Regine Scelles

Date de saisie : 12/05/2008

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : Eres, Ramonville-Saint-Agne, Haute-Garonne

Prix : 16.00 / 104.95 F

ISBN : 978-2-7492-0900-5

GENCOD : 9782749209005

Sorti le : 07/05/2008

  • Les presentations des editeurs : 06/06/2008

La question du fraternel n’est absente dans aucune therapie, qu’elle soit individuelle ou groupale (therapie familiale, de couple ou de groupe). Les praticiens savent que les liens fraternels peuvent servir, mais aussi entraver, le deploiement et l’enrichissement de la vie intrapsychique et relationnelle du sujet. L’intervention du fraternel dans les processus de transmission et de filiation ou encore ce qui se joue entre les quasi freres, les demi-freres, interrogent souvent les therapeutes. Dans ce numero, a partir de leur pratique, des professionnels evoquent ce theme dans ses aspects theoriques et techniques et questionnent la maniere et l’interet de penser le fraternel dans les dispositifs de soins et d’accompagnement.

Coordination : DIDIER DRIEU

Ont participe a ce numero : FLORENCE BECAR – GENEVIEVE BRECHON – JEAN-BERNARD CHAPELIER – TEREZINHA FERES-CARNEIRO – FRANCK HARDOUIN – ROSA JAITIN – JEAN-G. LEMAIRE – BEATRICE MARTIN-CHABOT – GERARD MEVEL – AUDE POITTEVIN – EWA WASZCZUK –

  • Les courts extraits de livres : 06/06/2008

La specificite du fraternel en Villages d’enfants sos
La cohabitation comme maintien du lien et sources de liens

Aude Poittevin

La recherche en sociologie sur la famille a porte peu d’attention a l’etude des relations au sein de la fratrie. Pourtant, les liens qui s’etablissent entre freres et soeurs sont, comme les liens parentaux et conjugaux, une des dimensions du lien social. Parce que la trame des liens fraternels de l’enfance peut etre determinante dans la constitution de l’identite du sujet, il est essentiel d’examiner la diversite des experiences, de liens et de sentiments fraternels. Il s’agit alors d’entendre les manieres dont les jeunes individus vivent et concoivent leurs liens fraternels (lien biologique et/ou lien electif) lorsqu’ils partagent au jour le jour un meme toit.

L’etude des liens fraternels aupres dejeunes residents de villages d’accueil de l’association SOS Villages d’enfants, qui a pour vocation l’accueil d’enfants places en fratries et prone le maintient du lien fraternel par le vivre-ensemble, a ete un cadre de recherche specifique.

L’association soutient les enfants separes de leurs parents pour des raisons graves. Ils sont confies par l’Aide sociale a l’enfance dans le cadre d’une mesure judiciaire. Il y a maintien du lien avec les parents ainsi qu’une preparation au retour en famille en cas de restitution du droit de garde.

L’association SOS Villages d’enfants gere plusieurs villages SOS en France qui regroupent une dizaine de maisons (dites maisons SOS) chacun, insere dans le tissu local. Dans chaque maison SOS vivent majoritairement une a deux fratries (six enfants maximum) aupres d’une assistante maternelle (dite mere SOS). Un directeur de village et une equipe pluridisciplinaire (aide familiale, educateur, psychologue…) assurent suivi et lien entre tous les partenaires sociaux, scolaires et juridiques.

Les meres SOS sont embauchees sur dossier (motivation, tests, stages) et sur leur capacite a s’engager durablement et a travailler en concertation avec les autres membres de l’equipe. Elles ont une formation initiale d’assistante maternelle augmentee de modules specifiques a l’association (travail en equipe, gestion du budget familial, travail aupres d’une fratrie). Leur mission s’articule autour de trois axes : un axe de suppleance familiale (relations affectives stables et relation educative), un axe educatif (permettre une meilleure progression a l’enfant), et un axe de gestion materielle et financiere de la maison familiale. Lorsque la mere SOS vit en couple, elle seule est salariee de l’association. Son conjoint s’engage a accepter et faciliter la mission de la Mere SOS. Lors de leur conge, environ une semaine toutes les cinq a six semaines, elles sont remplacees par les aides familiales.

L’apprehension des modes de vie et des modes de socialisation de jeunes individus au travers d’une structure familiale et fraternelle specifique questionne les liens sociaux, particulierement les liens qui peuvent se nouer entre dejeunes coresidents qui n’ont pas de filiation commune, actualisant ainsi les changements sociaux intervenus dans le domaine de la famille. Enfin, le statut de l’enfant, son role dans la production de la realite sociale et son individualisation sont au centre des questionnements sociaux contemporains.

Considerer le jeune individu comme acteur a part entiere

Depuis 1990, les sociologues francophones se rencontrent autour de l’objet enfance et font surgir l’enfant comme un partenaire ou un acteur a part entiere dans la structure familiale (Sirota, 1998). La question se pose de savoir si l’on peut traiter leurs experiences, leurs idees, leurs emotions, en somme leurs comportements, comme l’expression de phenomenes sociaux authentiques, autonomes, ou comme des manifestations entierement dependantes du monde des adultes, des imitations. Pour Montandon (1997), c’est seulement en examinant les recits des jeunes individus sans prejuger de leur difference par rapport aux adultes qu’il serait possible de voir jusqu’a quel point ils se plient aux contraintes creees par ceux-ci, jusqu’a quel point ils contribuent a les modifier, jusqu’a quel point ils subissent les structures et jusqu’a quel point ils agissent sur celles-ci. C’est l’orientation que j’ai prise pour mener ce travail.