Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Dico-tomies ; digressions linguistiques et autres extrapolations

Auteur : Jean-Marc Defays

“Dans notre monde où le savoir se spécialise de plus en plus, les disciplines deviennent parfois des mondes hermétiques dans lesquels seuls les initiés trouvent leur chemin. La linguistique, qui traite pourtant du langage et de la communication que nous ne cessons d’utiliser, n’échappe pas à cette tendance.
Jean-Marc Defays a fait le pari d’ouvrir les fenêtres et de tenter de s’adresser à tous.
Fort de son expérience d’universitaire et d’enseignant, il s’est assigné le défi d’aborder les concepts de disciplines qu’il enseigne sous la forme de textes brefs et accessibles. Pour ce faire, il n’hésite pas à plonger dans nos réalités quotidiennes, à convier son expérience propre, à mobiliser ses talents de conteur.
Au fil des textes, qui forment des entités distinctes et autonomes, se dresse un constat qui fait office de fil conducteur : la plupart des savoirs se sont construits sur un schéma binaire permettant de classer les concepts en les opposant, dans un mouvement de clair-obscur qui stimule l’esprit. Mais ces arbres à deux branches affichent tôt ou tard leurs limites, leurs viennent des bourgeons qui dépassent le modèle, invitant à la nuance, au dépassement des oppositions.
De page en page, nous serpentons parmi des mots-valises que nous utilisons parfois sans en interroger le sens, revisitant par le même coup la manière dont ils organisent notre vision du monde et guident nos actions.
Tout l’art de Jean-Marc Defays est d’établir sans cesse des liens entre l’abstrait et le concret, en puisant dans ses expériences quotidiennes et l’observation de ses semblables. Le regard qu’il porte sur notre monde est tantôt grave, tantôt amusé, toujours vif et ludique. A l’instar des chroniques, qui avec un minimum de moyens convient le général et le particulier, la réflexion et la fable, les dico-tomies ravissent l’esprit et célèbrent l’humanité dans sa complexité en ces temps où les oiseaux de malheur monopolisent l’attention de leurs propos réducteurs. – Thierry Detienne”