Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Don Quichotte en jupons ou des effets surprenants de la lecture ; essai d’interprétation de la lectrice romanesque au XVIII siècle

Auteur : Jean Mainil

Don quichotte en jupons retrace le destin romanesque de lectrices du dix-huitième siècle anglais et français qui, héritières du héros de cervantes, annoncent le personnage mythique de flaubert, emma bovary.
Au dix-huitième siècle, théologiens et moralistes d’abord, médecins et romanciers ensuite, condamnent d’une voix unanime l’effet pernicieux du roman sur le lectorat féminin. cet essai analyse comment, face à la condamnation de la lectrice romanesque et de sa fatale compagne, la femme de lettres, des romancières ont détourné, en france et en angleterre, les stéréotypes associés à la folie littéraire pour prendre la défense de la lecture et de l’écriture au féminin dans des romans qui appartiennent moins à l’anti-roman qu’à l’anti anti-roman.
Par ses analyses de la récupération poétique et romanesque de trois figures centrales de la folie littéraire au féminin – la lectrice héroïque, la sentimentale et la libertine – don quichotte en jupons souligne l’importante contribution de romancières françaises et anglaises du dix-huitième siècle à l’émergence et al développement du roman en tant que genre auto-critique et métadiscursif. il montre comment, en mettant en scène des héroïnes fantasques dont elles nuancent la folie littéraire, ces romancières ont contribué à légitimer d’une manière ironique e’ oblique le roman comme source poétique de raffinement et d’éloquence.