Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Economiquement incorrect

Auteur : Eric Le Boucher

Date de saisie : 10/11/2005

Genre : Economie

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Petite collection blanche

Prix : 9.00 / 59.04 F

ISBN : 978-2-246-69811-1

GENCOD : 9782246698111

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Le nouveau capitalisme ne de la mondialisation a des lignes de force geopolitiques maintenant nettes. Elles se sont dessinees sous nos yeux. Aujourd’hui tout s’accelere.
Le nombre de travailleurs qui participent a la competition mondiale a double en quelques annees, passant de un milliard et demi a trois milliards avec l’arrivee de la Chine, de l’Inde, du Bresil. En 2050, l’economie francaise ne representera plus qu’un quatorzieme de celle de la Chine, contre une egalite aujourd’hui. L’Allemagne vieillie ne pesera guere plus lourd. L’Europe releguee risque de n’avoir plus qu’une place mineure dans le grand concert. L’hyperpuissance americaine, assise sur une suprematie dans les sciences et les technologies, continuera.
Cette grande transformation est redoutee par les Francais. Ils en voient les consequences negatives : les delocalisations, la pression sur les salaires, la remise en cause de leur modele social. D’ou un desir de protection qu’ils expriment a chaque election. Les dirigeants politiques, de gauche comme de droite, ont promis d’y repondre en se faisant elire sur la ligne defensive du ni-ni, ni-liberalisme ni-socialisme, tracee par Francois Mitterrand et reprise par Jacques Chirac. Cette politique de resistance a la mondialisation est tres majoritaire en France. Ce livre veut montrer qu’elle est en echec. La France croyant resister ne s’est pas adaptee. Son immobilisme l’a penalisee. Sa croissance est affaiblie, sa competitivite emoussee, le chomage perdure depuis vingt-cinq ans, les impots tres eleves n’ont empeche aucune des nouvelles precarites. Le pays est socialement, economiquement, politiquement KO.
De la Suede a la Grande-Bretagne, d’autres pays ont choisi une autre voie, celle de l’adaptation. Ils ont mieux reussi.
Le nouveau monde a une immense qualite : il permet a des milliards d’etres humains de sortir de la pauvrete et de commencer a avoir leur mot a dire. Mais il est rude. A l’echelle mondiale, le combat du XXIeme siecle sera d’inventer une democratisation qui soit a la hauteur des marches globalises. A l’echelle des Etats-nations, le devoir politique est d’arreter de faire croire qu’on peut fuir ce nouveau monde qui vient. La politique doit retrouver au contraire un role offensif essentiel : preparer les emplois de demain, rebatir l’education, replacer l’Etat-providence sur les nouvelles inegalites.
Ce livre au ton vif s’en prend a toutes les illusions de la pensee francaise economiquement correcte qui ne voit dans la mondialisation que des dangers et qui fait vertu d’y resister. Il revoque les prejuges sur l’ultra-liberalisme de Tony Blair et les renoncements du president bresilien Lula. Il denonce les debats caricaturaux, dit les exces mais aussi les merites au liberalisme.

Eric Le Boucher est redacteur en chef-editorialiste au journal Le Monde.

  • La revue de presse Corinne Lhaik – L’Express du 3 novembre 2005

Tout journaliste economique normal – il y en a – deteste Eric Le Boucher. Parce que, chaque lundi matin, son redacteur en chef lui lance – et le ton est particulierement admiratif : T’as vu la chronique de Le Boucher dans Le Monde ? Bien sur, le journaliste en question a lu ce papier hebdomadaire et l’a generalement trouve bon. C’est bien ce qui est agacant ! Et voila que notre confrere nargue sa profession en publiant un livre qui s’inspire de ses chroniques et les prolonge, dit l’editeur Grasset. Cela s’appelle Economiquement incorrect… le contenu de l’ouvrage est au contraire economiquement tres correct !

Au sens propre, il l’est quand Le Boucher decrit avec justesse la situation economique mondiale, le succes de la Chine et de l’Inde, l’alliance objective entre la Chine et les Etats-Unis, le declin de l’Europe si elle ne se secoue pas… Bref, Le Boucher met la geo-economie a la portee de tous. Un lecteur rendu intelligent est un lecteur content ! Mais le journaliste est egalement tres correct au sens figure : les issues de secours qu’il dessine, pour l’Europe et la France, en particulier, n’ont rien de choquant. Il l’ecrit page 97 : Les solutions sont connues et elles sont soutenues par la tres grosse majorite des economistes…. Alors ? On aurait bien aime conclure par ce cliche : conseiller la lecture de cet ouvrage aux politiques. Mais a quoi bon ? Ils savent deja ce qu’il y a dedans !