Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Ecrits politiques : 1953-1993

Auteur : Maurice Blanchot

Date de saisie : 05/06/2008

Genre : Politique

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Les cahiers de la NRF

Prix : 16.50 / 108.23 F

ISBN : 978-2-07-012090-1

GENCOD : 9782070120901

Sorti le : 05/06/2008

  • Les presentations des editeurs : 06/06/2008

Ecrire sur, cela est, de toute maniere, sans convenance. Mais ecrire sur l’evenement qui est precisement destine (entre autres) a ne plus permettre qu’on ecrive jamais sur – epitaphe, commentaire, analyse, panegyrique, condamnation -, c’est par avance le fausser et l’avoir toujours deja manque. Nous n’ecrivons donc jamais sur ce qui eut lieu, n’eut pas lieu en Mai [1968] : non par respect, ni meme par souci de ne pas restreindre l’evenement en le circonscrivant. Nous admettons que ce refus est l’un des points ou l’ecriture et la decision de rupture se rejoignent : l’une et l’autre toujours imminentes et toujours imprevisibles. […]
Tracts, affiches, bulletins, paroles de rues ou infinies, ce n’est pas par souci d’efficacite qu’ils s’imposent. Efficaces ou non, ils appartiennent a la decision de l’instant. Ils apparaissent, ils disparaissent. Ils ne disent pas tout, au contraire ils ruinent tout, ils sont hors de tout. Ils agissent, reflechissent fragmentairement. Ils ne laissent pas de traces : trait sans trace. Comme la parole sur les murs, ils s’ecrivent dans l’insecurite, sont recus sous la menace, portent eux-memes le danger, puis passent avec le passant qui les transmet, les perd ou les oublie.
Maurice Blanchot.
Les ecrits politiques de Blanchot ne font pas systeme, mais defendent des valeurs, ils sont essentiellement une ecriture de la reaction, de l’affrontement sans jamais exposer la moindre compromission avec le pouvoir. Au-dela de ses choix (apres-guerre, inlassablement de “gauche”) et de l’evenementiel, l’ecriture politique de Blanchot, est toujours a penser, en ce qu’elle expose chaque fois une inquietude ethique.
L’edition des ecrits politiques d’apres-guerre de Maurice Blanchot est l’occasion de reunir la totalite de ces textes et de les publier, tous d’apres les originaux conserves dans les archives de l’auteur.
Eric Hoppenot.

  • La revue de presse Eric Loret – Liberation du 5 juin 2008

On se contentera donc ici du parcours bien connu d’apres la guerre, qui fait de Blanchot un antigaulliste virulent puis le principal redacteur (anonyme) du Manifeste des 121 contre la guerre d’Algerie, prolonge en projet d’une Revue internationale avec Sartre, et enfin redacteur prolixe (et toujours anonyme, a l’inverse du concept d’ecrivain engage) de tracts et d’articles au sein du Comite d’action etudiants-ecrivains pour le mouvement en mai-juin 68. Parmi les rares inedits, on trouve deux textes d’explicitation du manifeste…
C’est ce qu’on retiendra de Mai vu par Blanchot et que personne n’a, en cette annee de celebration ombilicale, semble se rappeler : Tout cela qui derange, appelle, menace et finalement questionne sans attendre de reponse, sans se reposer dans une certitude, jamais nous ne l’enfermerons dans une livre qui, meme ouvert, tend a la cloture, forme raffinee de la repression.