Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Egeries sixties

Auteur : Fabrice Gaignault

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Fayard, Paris, France

Prix : 22.00 / 144.31 F

ISBN : 978-2-213-62054-1

GENCOD : 9782213620541

Acheter Egeries sixties chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 09/07/2006

Debut des annees 1960. Des filles se rencontrent a Paris dans l’agence de mannequins de Catherine Harle : Nico, Anita Pallenberg, Amanda Lear, Anna Karina… Libres, extravagantes, gonflees, elles font les beaux jours et les belles nuits de la Rive gauche et croisent d’autres beautes : Zouzou, Caroline de Bendern, Tina Aumont, Marie France, Valerie Lagrange, Deborah Dixon… Plus qu’une bande, ces femmes incarnent un etat d’esprit, une allure, et vont influencer profondement leurs amants, des figures du rock: Brian Jones, Keith Richards, David Bowie, parmi d’autres.

Peindre l’existence de ces veritables stars, c’est remonter le fil qui relie la mode de Carnaby Street a celle du boulevard Saint-Germain. C’est s’inviter a des parties hallucinantes, des deux cotes du Channel. C’est entrevoir, a travers ces egeries touche-a-tout, ce qui rapproche le monde des Rolling Stones de l’univers de Philippe Garrel. C’est ressusciter les figures legendaires de Donald Cammell, dont l’appartement de Montparnasse fut le haut lieu de l’axe Paris-Londres, et de Talitha Getty, dont le palais de Marrakech fut le theatre d’orgies memorables.

Suivre la destinee de ces femmes exceptionnelles, c’est dessiner une certaine idee des annees 1960 avec tempetes sexuelles, rafales de Stratocasters et deferlements de poudre. Mais confesser aujourd’hui les acteurs essentiels d’une epoque dingue, c’est aussi, pour l’auteur, trouver la confirmation qu’on ecrit pour conjurer ses propres fantomes.

  • La revue de presse Baptiste Liger – Lire, juillet 2006

Lorsque Fabrice Gaignault frappe a la porte de Susi Wyss, sans doute ne s’attend-il a decouvrir qu’ une petite dame blonde aux rondeurs assumees, bien loin de l’image de la sublime reine des courtisanes qui rendit folles tant de stars des annees 1960. Il ne faudrait pourtant pas prendre ces Egeries sixties pour un catalogue de paillettes nostalgique. La nostalgie [est un] poison qui s’ajoutait a tous ceux qui ont ronge les annees 60 et rendu si peu attirante la decennie suivante. Tant de beaute(s), de vies palpitantes, de destins brises trop tot.

  • La revue de presse Daniel Rondeau – L’Express du 22 juin 2006

C’est un livre sur la perte, celle d’une epoque disparue, les sixties, et d’etres aimes renvoyes a la poussiere de la terre. Des adolescents inventent une nouvelle facon de vivre. Ils n’attendent rien, ne reclament rien, seulement de bouger et d’ecouter du rock’n’roll. Certains avaient la mort aux trousses, mais personne n’avait le mauvais gout de penser au lendemain.
Pour raconter cette saison underground, Fabrice Gaignault a choisi de focaliser sur le nombril (la bouche, les seins) de quelques filles qui en furent les soleils, ou les lunes plus ou moins malefiques.(…)