Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Elle ne suffit pas l’éloquence

Auteur : René Crevel

Avertissement S’il est une figure du groupe surréaliste qui n’a pas filé d’oeuvre poétique spécifique, c’est bien René Crevel. à tel point que ses poèmes en vers ou en prose semblent se couler dans une oeuvre narrative prégnante tout à la fois inventive et discursive. Sans doute Crevel n’a-t-il pas souhaité donner à sa poésie davantage d’éclat que ce reflet mat et dur privé de ciel que charrient les fleuves des villes. Mais c’est précisément cette présence physique du temps dans ses poèmes, toute de violence existentielle, qui a instillé l’idée de ce volume. La trame éditoriale en est on ne peut plus simple. Il s’est agi de ne rien forcer. Le livre suit les publications séparées de Crevel de façon chronologique. Ce sont pour l’essentiel des textes de création, sans objet théorique ou réflexif : ses poèmes en vers (aisément identifiables, certains ont été prélevés dans des narrations), quelques autres en prose, tous textes qu’il a publiés à part en revue ou isolés de son oeuvre narrative parfois sous forme de « bonnes feuilles ». Tant René Crevel, fidèle en cela à la révolution surréaliste, a fait oeuvre poétique et non une oeuvre poétique …