Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Eloge de la pensee de midi

Couverture du livre Eloge de la pensee de midi

Auteur : Thierry Fabre

Postface : Predrag Matvejevitch

Date de saisie : 03/09/2007

Genre : Sociologie, Societe

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Bleu

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-7427-7049-6

GENCOD : 9782742770496

Sorti le : 03/09/2007

  • Le choix des libraires : Choix de Jean-Francois Llanos de la librairie MEDITERRANEE a NICE, France – 15/11/2007

… Aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler de l’Eloge de la pensee de midi de Thierry Fabre. C’est un livre qui m’a beaucoup interesse parce qu’il oppose une espece de savoir-vivre mediterraneen a l’American way of life si je puis dire, qui est le mode de pensee du capitalisme triomphant. C’est-a-dire que Thierry Fabre nous parle de l’heritage grec, latin, arabe qui est commun a tous les pays de la Mediterranee et nous dit qu’avec cet heritage, on doit pouvoir creer quelque chose, une nouvelle societe orientee vers l’avenir, qu’il voit lui comme une polyphonie, c’est-a-dire ou chacun parle sa voix, chante sa voix dans l’harmonie. C’est un livre absolument passionnant, tres interessant et tres encourageant pour l’avenir. Je terminerai en vous donnant une citation de Seneque qu’il cite dans son livre qui est issue de La vie breve. Seneque nous dit : Ce qui fait la vie breve et tourmentee, c’est l’oubli du passe, la negligence du present, la crainte de l’avenir. Arrives a l’extremite de leur vie, les malheureux comprennent trop tard qu’ils se sont tout ce temps affaires a ne rien faire. Voila, je crois, que malgre les siecles, ca resume bien notre epoque et que c’est tres contemporain. Donc il y a de grandes lecons a tirer de ce livre….

  • La Radio des libraires : Jean-Francois Llanos de la librairie MEDITERRANEE a NICE, France – 08/11/2007

Telecharger le MP3

Jean-Francois Llanos – 08/11/07

  • Les presentations des editeurs : 08/11/2007

L’alliance du gai savoir et du gout de la vie, ou comment ouvrir le chemin de la pensee de midi…
Cette image, nee sous la plume d’Albert Camus, nous invite a decouvrir un art de vivre particulierement necessaire a notre temps. Loin du stress et du spleen, qui habitent au coeur des societes occidentales, l’auteur nous fait partager un style de vie mediterraneen. L’american way of life qui se repand sur la planete n’est pas la seule perspective. Il existe une alternative a portee de main. Le reve mediterraneen ici presente n’est pas une chimere ou une vaine illusion, il affronte la realite de la violence et du terrorisme, cette nouvelle figure du tragique contemporain.
Mais il est aussi un tragique solaire qui se retrouve dans le cante jondo, il demeure un elan venu de l’imagination creatrice, cette forme de connaissance laissee en jachere qui ne demande qu’a se deployer, au milieu du monde… Le moment est venu de retrouver le sens de la mesure face a la demesure de notre temps, de savoir tracer des limites pour rendre la terre habitable et respirable, alors que la dynamique du capitalisme et de la societe de consommation est en train de la devaster.
En Mediterranee, “la source est la”, c’est un heritage pour demain qui nous permet de renouer avec la quete de l’emerveille. A une epoque ou la violence, la guerre et les incomprehensions s’accumulent, il est plus necessaire que jamais d’inventer de nouvelles polyphonies entre les cultures, la ou la cacophonie se fait entendre avec force. L’avenir d’un passe, tout se joue la pour l’ensemble mediterraneen, qui peut faire naitre un reel “savoir vivre” et dessiner un monde commun, par-dela la faille que l’on devine grandissante…

  • Les courts extraits de livres : 24/11/2007

Extrait du prologue :

Image vagabonde, nee sous la plume d’Albert Camus, la pensee de midi est longtemps restee une constellation lointaine, perdue quelque part dans les nuees. Indiscernable etoile masquee par le poids de la nuit, par la masse compacte d’une histoire accumulee qui charrie dans le siecle les tenebres d’une violence definitive. Rien ne serait donc possible apres ?
Le nihilisme a fait son oeuvre. Il a devaste l’Europe, saccage nos plus intimes convictions et il nous laisse comme egares au milieu de tant de decombres et de ruines. Est-ce le bout du chemin ? La fin de l’Histoire ? Notre seul horizon serait dans une celebration de la melancolie ou dans un consentement sans fin(s) a l’univers de la marchandise ? Nous en sommes la, prisonniers d’un cercle que nous avons nous-memes cree…
Je me suis mis en chemin pour tenter d’ouvrir ce cercle sur Tailleurs et j’ai retrouve la Mediterranee, ma Mediterranee.
Ma Mediterranee n’est pas une realite geographique, c’est un paysage de l’ame, un entre-deux-mondes, entre la chair du sensible et les deploiements du divin.
Le sentiment de la Mediterranee, je l’ai rencontre tres tot a Lerins, sur l’ile de Saint-Honorat, assis sur la terrasse du monastere fortifie a regarder la mer, longtemps. Des heures passees la, sans rien, dans l’abandon et l’ecoute d’un rythme essentiel, qui vient de si loin et me touche de si pres.
Le sentiment de la Mediterranee s’est peu a peu transforme en un territoire de l’imaginaire qui traverse et augmente le reel, fait de Noir et de Bleu, indissociablement. Sens du tragique et gout de la vie, en une meme tension harmonique ou se retrouve, comme en echo, la voix de Carmen choisie par Nietzsche contre Wagner.
Ici, pas de ressentiment, mais “le bonheur bref et perilleux de la gaite fataliste” que Nietzsche percoit dans la figure de Carmen.
“Meme encore de nos jours on trouve en France une comprehension divinatrice, une prevenance a l’egard de ces hommes rares et rarement satisfaits, trop vastes pour qu’aucun patriotisme puisse jamais les combler, et qui, au Nord, savent aimer le Midi, et au Midi le Nord – ces Mediterraneens-nes, ces bons Europeens. C’est pour eux que Bizet a ecrit sa musique, le dernier genie qui ait su decouvrir une beaute et une seduction nouvelles.”