Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Eloge d’un monde en amour : aimer ou n’etre pas vraiment humain

Auteur : Benoit Aubierge

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : les 2 encres, Cholet, France

Prix : 7.50 / 49.20 F

ISBN : 978-2-35168-015-5

GENCOD : 9782351680155

  • Les presentations des editeurs : 05/08/2006

Jean-Claude Guillebaud, essayiste, journaliste, releve la pertinence de l’ecrit, soulignant qu’il a lu un texte de probite, de sensibilite, un bel eloge de l’amour. Il fait echo a l’abbe Couffrant, theologien, qui voit en cet Eloge une etude approfondie, une reflexion et une meditation
sur le comportement.
Quant a Benoit Aubierge, il met en perspective que nous n’en sommes peut-etre qu’a la prehistoire de l’amour et de la fraternite et que nous avons a prendre garde d’une epoque ou a nouveau le verbe aboie, ou l’irrespect de soi et l’irrespect d’autrui semblent la preuve supreme d’une nouvelle humanite…
Au fil d’une analyse d’une exceptionnelle densite, l’auteur deploie tous les aspects de l’amour et invite de facon personnelle et clairvoyante a redecouvrir la conscience, le discernement, l’elegance morale ; en un mot : l’ame.
Ce texte puissant, qui conduit de la reflexion a la pratique, eleve et remet les choses en place de maniere significative. C’est un livre remarquable qui espere de l’homme.

  • Les courts extraits de livres : 05/08/2006

Au seul toucher d’une main ou vibre la force d’aimer, la vie nous dit qu’elle vaut d’etre vecue. Le sentiment d’amour n’est pas abstrait, ce qui est hors trait, il insuffle l’aspiration, la demande qui detrone la possessivite, ce commun reflexe de mettre la main sur autrui. Ce qui atteste que nous sommes en amour est d’avoir rompu avec les reveries, l’impatience, l’orgueil, les notres et ceux d’un entourage. Aimer dispose a communier. Communier est la realite d’une double liberte et d’une double sincerite ; don de soi et accueil de qui fait don de soi. Quand deux personnes sont en amour, la bienveillance et la serenite le confirment, il faudrait dire non qu’elles communient corps et ame mais qu’elles se communient corps et ame. Aimer n’implique pas d’etre aime; pourquoi alors se sentir frustre, comme vole de ne pas l’etre en retour. Appelons amour un sentiment qui n’enferme et n’enfermera jamais un autre sentiment. Il y aurait beaucoup a mettre au jour sur ce qui instruit et construit l’amour ou l’aberre et le deconstruit. Il est sur qu’aimer rend capable d’une totale generosite pour recevoir ou renoncer. Beaute du desinteressement.