Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

En toute indépendance ; journal, 29 juillet 2002, 9 septembre 2003

Auteur : Michel Ciry

«D’avoir dû assumer mon destin d’homme épris de droiture à une époque que j’eusse souhaitée tout autre du fait de mon peu d’inclination pour les déclins, il m’aura donc fallu vivre à contre courant dans un monde qui n’était pas à ma convenance. Prise très au sérieux, la tâche ne me fut pas aisée mais, Dieu aidant, je suis parvenu à faire entendre ma voix souvent désapprobatrice au sein d’une société que j’estime courir à sa perte en toute inconscience…». Le trente-troisième volume des mémoires de Michel Ciry. Une oeuvre monumentale. Bénéficiaire de l’insigne privilège d’être croyant, la foi m’a épargné les affres d’un désespoir dont rien de bon n’est à attendre, mais elle n’a pu empêcher que m’assombrisse l’évolution d’un monde aussi peu respectueux des préceptes de l’Évangile, d’où cette mélancolie parfois accusatrice dont portent l’estampille nombre de pages de ce Journal-fleuve tenu depuis près de sept décennies, et cela contre vents et marées car, de rendre publique une opinion aussi dérangeante ne m’aura pas fait que des amis. Ce sont là les inévitables risques du métier lorsqu’on a décidé de bonne heure de ne pas opter pour une soumission dégradante. Né à la Baule en 1919, Michel Ciry a fait une carrière internationale de peintre et de graveur, ce qui l’a entraîné à voyager considérablement en Europe ainsi qu’aux États-Unis, en Amérique latine et au Canada. Ayant fait des études de composition musicale avec Nadia Boulanger, il a, par ailleurs, écrit nombre de partitions dont la plupart sont d’inspiration religieuse.