Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Enfin le royaume ; quatrains

Auteur : François Cheng

Forme brève, mais moins abrupte que le haiku, le quatrain ne s’en tient pas au lapidaire, il sait donner du rythme à la pensée, à l’émotion, à la surprise, il sait initier un questionnement, amorcer une méditation, esquisser un chant. À la suite d’Omar Khayam et d’Emily Dickinson, François Cheng atteste ici du pouvoir singulier de ce mode d’expression resserré, pourtant si peu enclos, si ouvert aux résonances, aux errances fertiles, voire à une manière salutaire d’envoûtement simple :