Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Ensembles funeraires gallo-romains de la region Centre. Volume 1

Date de saisie : 01/02/2007

Genre : Archeologie, Prehistoire

Editeur : FERAC, Tours, France

Collection : Supplement a la Revue archeologique du centre de la France, n 29

Prix : 30.00 / 196.79 F

GENCOD : 9782913272149

Sorti le : 11/01/2007

  • Les presentations des editeurs : 19/01/2008

Le present volume est le recueil de publications de donnees de fouilles recentes en Region Centre, concernant des ensembles funeraires gallo-romains (principalement du Haut-Empire). L’essentiel est issu de fouilles preventives recentes menees par des archeologues de l’INRAP, qui les publient ici.
Il s’agit d’abord de la publication de fouilles inedites, pour Tavant – un ensemble rural original qui constitue la plus volumineuse contribution de ce recueil -, Gy-en-Sologne et Neung-sur-Beuvron, ou encore de revisions concernant des decouvertes plus anciennes, faites a l’occasion d’interventions recentes de terrain, a Esvres.
La derniere contribution presente une synthese sur les sepultures d’enfants en bas age hors contexte funeraire en Region Centre, pour la periode romaine.

  • Les courts extraits de livres : 19/01/2008

1.2.2. Les recherches recentes

Plus recemment, deux campagnes de prospections pedestres ont ete menees en 2002 et 2003 sur les communes de Tavant et Crouzilles dans le cadre d’un travail universitaire (MOREAU 2002; MOREAU 2004). Au total, 136,61 ha ont ete prospectes ce qui represente environ 27 % de la superficie totale de la commune de Tavant. Les parcelles visitees se situent dans une bande qui traverse la commune dans le sens nord-sud. Ces prospections systematiques ont considerablement modifie l’image que l’on pouvait avoir de l’occupation du sol a Tavant, en mettant en evidence une occupation ancienne, importante.
Au total, neuf concentrations de mobilier protohistorique (ceramique et lithique) ont ete enregistrees lors des deux campagnes de prospections (Fig. 4). Huit concentrations ne signifient pas necessairement huit habitats ou lieux d’occupation distincts : il est probable qu’il faille proceder a des regroupements de concentrations. C’est le cas de S.41, 42 et 43, dont on peut penser qu’ils ne forment qu’une seule unite, les deux plus petites concentrations etant vraisemblablement des annexes de la principale, constituee de plus de 400 tessons de ceramiques. Nous proposons egalement de regrouper S.22, 23 et 24, tres proches geographiquement, ainsi qu’eventuellement S.88, 87 et 85, bien que ces dernieres concentrations soient espacees d’une soixantaine de metres les unes des autres.
La majorite des concentrations n’ont pu etre datees avec precision, faute de formes et d’elements chronologiques caracteristiques. Notons cependant la presence d’une concentration (S.22) datee de la fin de l’age du Bronze ou du premier age du Fer. En outre, si l’on part du postulat que S.22, 23 et 24 ne forment en realite qu’un seul et meme ensemble, il conviendrait d’etendre la datation de S.22 a l’ensemble des trois concentrations.

  • Les courts extraits de livres : 19/01/2008

1.2.3. Une villa romaine a Sazilly ?

Si les diverses operations de prospections menees sur la commune de Tavant ne semblent pas avoir livre d’indices suffisants susceptibles d’etre en rapport avec la necropole du 42, rue Grande, nous disposons d’un element plus tangible localise a environ 1 km a l’ouest de la necropole fouillee, sur la commune de Sazilly (Fig. 4). En effet, le document final de synthese de 2002 de la fouille de Tavant signalait la presence de traces de batiments visibles sur une photographie aerienne exposee a la mairie de Tavant. L’agencement des structures suggerait une villa gallo-romaine.
Lors d’une campagne de prospection complementaire menee en fevrier et mars 2006, l’occasion s’est presentee d’aller verifier cette information. Toutefois, la parcelle visitee n’a pas fait l’objet d’une prospection systematique ni d’un ramassage exhaustif des artefacts. Les observations developpees ci-dessous sont donc empiriques et ne s’appuient pas sur un echantillonnage raisonne des artefacts ramasses.
La parcelle prospectee a en effet livre une abondante quantite de mobilier antique, notamment des tegulae et de la ceramique commune du Haut-Empire. Sa surface minimale peut etre evaluee a 1 ha. Les quelques rares formes ceramiques ramassees correspondent a des dolia similaires a ceux retrouves a Mougon (notamment des dolia a col droit et dolia a levre arrondie) (SCHWEITZ et al. 1986; SELLES 2001) et a ceux issus des tombes. Faute d’une prospection systematique de cette parcelle et de celles alentours, il n’a pas ete possible de circonscrire precisement la concentration. Quant a la nature de l’occupation, nous la qualifierons d’occupation domestique (habitat), faute de temoins probants d’autres activites. Il serait souhaitable de mener des operations archeologiques complementaires afin de preciser la nature et la chronologie de l’occupation.