Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Et j’ai lu tous les livres

Auteur : Paul Audi

À un siècle de distance, ponctué par trois guerres entre la France et l’Allemagne, mais surtout marqué par l’existence de la Shoah, un poète de langue française, Stéphane Mallarmé, et un poète de langue allemande, Paul Celan, ont été conduits, presque à leur corps défendant, à devoir éprouver les limites de la littérature, en l’occurrence la finitude du poétique, dans son affrontement à l’irreprésentable de la vie et de la mort. Mais est-ce bien parce que l’un estimait avoir déjà lu le meilleur, et l’autre avoir déjà vu le pire, que leur différend, à supposer qu’il existe, peut réussir à nous éclairer sur la finalité, proprement esth/éthique, de toute création humaine ?