Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Et la nuit seule entendit leurs paroles

Auteur : Patrick Besson

Date de saisie : 11/04/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Mille et une nuits, Paris, France

Collection : La petite collection, n 539

Prix : 3.00 / 19.68 F

ISBN : 978-2-7555-0054-7

GENCOD : 9782755500547

Sorti le : 02/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Patrick Besson

Texte integral

RIMBAUD. Une grande idee, c’a ete, tiens, de coucher ensemble.
VERLAINE. Que ce soit ton idee ou la mienne, le resultat est le meme : on a couche ensemble.
RIMBAUD. Ouais. Meme que c’a ete bon. Non ? Ca n’a pas ete bon ?
VERLAINE (reticence). Si. N’empeche que maintenant on est catalogues pedes.
RIMBAUD. Ce sont des choses auxquelles il faut s’attendre quand on couche avec son meilleur ami.
VERLAINE. C’est embetant. Imagine qu’on reste dans l’Histoire comme poetes. Eh bien, on restera dans l’Histoire comme poetes pedes.
RIMBAUD. On ne restera pas dans l’Histoire !

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Stuttgart, fevrier 1875.

Une chambre modeste. Un homme en macfarlane, grosses chaussures aux pieds, etendu sur le lit a une place. Il dort. Ronfle. C’est Verlaine, trente et un ans. La porte s’ouvre. Entre un jeune homme degingande, a la veste trop courte : Rimbaud, vingt et un ans. Il s’approche du lit. Souleve le chapeau. Sourit. Se penche. Embrasse Verlaine sur la bouche. Celui-ci se reveille. Il a un moment de stupeur, puis il se debat, echappe a l’etreinte de Rimbaud, se leve.

VERLAINE (se touche la levre). Pas venu pour ca. Tu m’as mordu !

RIMBAUD. Tu es venu pour quoi, ma vieille ?

VERLAINE. Te parler.

RIMBAUD. Parler, parler, parler. Si tu arretais un peu de parler, surtout quand tu ecris ? (Rimbaud prend une bouteille sur une etagere.) Schnaps ?

VERLAINE. Je ne bois plus.

RIMBAUD. What ?

VERLAINE. J’ai renonce a l’alcool.

RIMBAUD. Tu faisais pourtant ca bien. Ca te donnait meme du talent, certains soirs. Enfin, n’exagerons rien. Du savoir-faire. Du savoir-faire parnassien. Qu’est-ce qu’ils deviennent, au fait, tes parnassiens ?

VERLAINE. Pas de nouvelles.

Rimbaud. Ils t’ont drolement laisse tomber, tes vieux potes. Tous a la porte de l’Academie, demandant qu’on leur ouvre. N’ont que faire du pauvre Lelian. On les appelait comment, deja ?

VERLAINE. Les pharmaciens.

RIMBAUD. Ah oui ! les pharmaciens. Le mont Pharmace. Fabricants de lotions et de potions.

VERLAINE. Tu es toujours aussi beau.

RIMBAUD. Toi, tu es toujours aussi moche.

VERLAINE. Je sais.

RIMBAUD. Ne fais pas cette tete : ce n’est pas si grave.

VERLAINE. Je sais aussi. Ca va mieux, ton poignet ?

RIMBAUD. Oui… Toi, ta tete, ca va mieux ?

VERLAINE. Oui. Beaucoup mieux. Ma tete, ca va tres bien. Je voudrais pouvoir en dire autant de la tienne. Tu ecris ?

RIMBAUD. Jamais ecrit, moi. Barbouille. Gribouille. Crachote. Maintenant, c’est vacances.

VERLAINE. Je sais que tu ecris.