Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Et tout ca en cinq minutes

Auteur : Georges Kolebka

Date de saisie : 22/07/2006

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Castor astral, Begles, France

Collection : Litteratures

Prix : 13.00 / 85.27 F

ISBN : 978-2-85920-660-4

GENCOD : 9782859206604

  • Les presentations des editeurs : 22/07/2006

Que peut-il donc bien se passer un matin entre 10h00 et 10h05 ? Cinq minutes tout au plus, et une multitude d’evenements banals. Un homme renverse de l’alcool sur son bras. Une femme angoisse soudain. Un insecte grimpe le long d’une herbe… Mais voici qu’une loufoquerie debridee s’empare de ces bribes d’existence. Une chute dans la rue conduit a mettre en doute la competence de Dieu. S’embrasser aboutit a de longues considerations sur la chimie humaine et les qualites remarquables du porc. L’absurdite fait craquer les coutures du quotidien. Le train-train deraille. Danger ! A l’evidence, le bon sens a deserte. Le non-sens l’a avantageusement remplace. Et dire que, demain, toutes les montres vont de nouveau indiquer 10h00 pile. Puis, un peu plus tard, 10h05 !

Georges KOLEBKA, a recu le Grand Prix de l’Humour noir. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages dont La Vie de Pacha (Julliard), Les Nuages au-dessus de l’eau (Ramsay) et Depressions sur une partie de la France (Seghers). Le Castor Astral a publie ses livres Retour aux villas sans soucis, L’Egyptienne grasse allongee et Confettis.

  • Les courts extraits de livres : 22/07/2006

Ghislaine Frelon est apparue sous le pretexte d’une visite sans manieres.

– Tiens ! vot’ mari n’est pas la ? a-t-elle fait remarquer avec de la cautele dans la voix.

Honteuse, vous pensez comme, Mme Bourdon a repondu que son mari avait beaucoup de travail en ce moment, qu’il rentrait a des heures pas possible et que c’etait dommage pour la vie de couple, ce genre d’arias !

La Frelon a esquisse la grimace d’une qui reflechit, puis elle a enonce qu’il faisait vraiment tres chaud depuis quelques jours. Elle a ensuite susurre:

– Peut-etre que vot’ mari est reste a boire un uiski avec des amis de bureau, si ca se trouve.

Elle a ajoute avec une assurance qui ne souffrait ni discussion ni objection:

– Les hommes ont plus soif que les femmes quand il fait chaud.

Mme Bourdon a reconnu la justesse de cette remarque avec une complaisance qu’elle se reprocha aussitot. Honteuse et ne sachant ni quoi ni qu’est-ce, et encore moins ou se fourrer pour echapper au fiel de sa voisine, Mme Bourdon a fini par dire qu’il fallait l’excuser, mais qu’elle avait a faire:

– Quelle heure est-il donc ? Comment ! Il est quasiment 10 heures ! Excusez-moi, madame Frelon, mais j’ai mon fricot a preparer.

Les deux se sont quittees en se souhaitant une bonne journee. Ghislaine Frelon avait a son habitude le sourire pas franc qu’on lui connait et qui a souvent attire maints commentaires tels que: Elle a un sourire menteur comme un soutien-gorge.