Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Facteurs de risque cardiovasculaire et coronaropathies aux antilles

Auteur : Larifla-L

La faible fréquence des coronaropathies aux Antilles pourrait être liée à des facteurs génétiques, ethniques ou à un impact spécifique des facteurs de risque cardio-vasculaire (FDRCV). Les propriétés de l’ANP (Atrial Natriuretic Peptide) et l’existence de variants génétiques fréquents dans les populations d’origine Africaine pourraient également être en cause. Une étude portant sur 638 patients coronariens consécutifs a révélé des différences significatives de prévalence des FDRCV entre Afro-Caribéens (AC), Caucasiens et descendants de migrants Indiens. L’analyse des coronarographies de 420 patients AC a montré que le diabète était le FDRCV le plus fortement lié à la sévérité des lésions coronaires alors que l’obésité apparaissait paradoxalement comme un facteur protecteur. La surexpression de l’ANP par transfert adénoviral a entrainé une inhibition de la prolifération et de la migration des cellules musculaires lisses vasculaires in vitro, et in vivo dans un modèle de carotide de rat. Dans une étude transversale incluant 210 sujets diabétiques AC nous avons mis en évidence un risque réduit de coronaropathie chez les porteurs de de l’allèle mineur du variant rs5065 du gène de l’ANP