Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Faut-il brûler les rites ?

Auteur : Pascal Lardellier

Les rites remplissent d’inestimables fonctions sociales.
Les brûler – si la chose était possible – reviendrait à détruire la part symbolique qui, selon les anthropologues, est fondatrice du lien social lui-même. Mais si notre modernité occidentale est pleine de rites, elle l’a oublié. Ils évoquent aujourd’hui un faisceau de clichés et de caricatures : tribus exotiques dansant autour d’un feu, une parade cérémonieuse d’un chef d’État en visite officielle…
Pourtant le rite interroge bel et bien notre société. Noël, Halloween, la Saint-Valentin… Mais aussi se marier, pendre la crémaillère, ou tout simplement inviter à dîner : et si les rites étaient omniprésents, et qu’il suffisait de gratter un peu sous les habitudes – et la couche de mercantilisme dont certains sont recouverts – pour remettre à jour leur sens profond et leur raison d’être ? Et, disons les choses clairement, tenter d’oeuvrer à leur réhabilitation ?