Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Felix Gaudin, peintre-verrier et mosaiste (1851-1930)

Auteur : Jean-Francois Luneau

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France

Collection : Histoires croisees

Prix : 40.00 / 262.38 F

ISBN : 978-2-84516-284-6

GENCOD : 9782845162846

Acheter Felix Gaudin, peintre-verrier et mosaiste (1851-1930) chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 18/07/2006

Felix Gaudin reprend en 1879 une importante manufacture de vitrail de Clermont-Ferrand. Debute alors une longue carriere nationale et internationale qui le mene jusque dans le Nouveau Monde ou ses vitraux ornent aujourd’hui nombre d’edifices celebres, comme le Teatro Colon de Buenos Aires.
Installe a Paris en 1890, il connait un triomphe a l’Exposition universelle de 1900. Collaborant avec les plus grands cartonniers de son temps, Louis Steinheil, Eugene Grasset ou Luc-Olivier Merson, ce disciple de Viollet-le-Duc n’hesite pas a mettre en oeuvre des materiaux nouveaux comme le verre americain dont il se fait le propagateur, participant ainsi au renouveau du vitrail de la fin du XIXe siecle.

Jean-Francois Luneau, docteur en histoire de l’art, a longtemps ete conservateur du patrimoine au Service regional de l’Inventaire de la Drac Auvergne.

Depuis 2004, il est maitre de conferences au departement de Tourisme de l’Universite Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand.

  • Les courts extraits de livres : 18/07/2006

Extrait de la preface de Jean-Paul Bouillon, Professeur d’Histoire de l’art a l’universite Blaise-Pascal Membre de l’Institut universitaire de France :

Le type de production de Gaudin releve de la petite industrie d’art dont la fonction est tres majoritairement utilitaire, determinee qu’elle est par la destination principale (le vitrage des lieux de cultes) comme par le poids des commanditaires. Du meme coup il fait son entree dans une problematique majeure de la periode : la question des arts industriels, posee clairement depuis l’exposition universelle de Londres en 1851, et pour la France, le magistral rapport Laborde qui en donne le compte rendu en 1856, mais qui connait son plein developpement au debut de la Troisieme Republique, precisement quand il aborde ce terrain.

L’entreprise ? Elle a a affronter rapidement le probleme du choix entre une industrialisation plus poussee, et la production en serie, ou au contraire l’accentuation de la valeur d’art. Gaudin, qui n’a rien d’un capitaine d’industrie, mais au contraire tout d’un homme de culture, ne peut pas ne pas etre sensible a cette dimension de sa production. C’est la seconde voie qu’il choisit, reduisant paradoxalement ses effectifs lors meme que la demande comme la notoriete augmentent, quand il transfere son activite de Clermont a Paris, abandonnant simultanement la reprise du fonds des cartons anciens pour s’orienter resolument vers le moderne en faisant appel a des cartonniers exterieurs celebres. Un basculement majeur, et pas seulement geographique, conduisant au second volet de l’enquete, qui, partie de l’histoire socio-economique, releve des lors pleinement de l’histoire de l’art.