Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Forcenes

Auteur : Philippe Bordas

Date de saisie : 09/05/2008

Genre : Sports

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Litterature

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-213-63548-4

GENCOD : 9782213635484

Sorti le : 03/01/2008

  • Les presentations des editeurs : 05/02/2008

Le cyclisme prend la mesure du monde dans ses exces ; il exige demesure de l’homme, une tension complete qui touche aux organes et au cerveau.
C’est le lieu infernal du maximalisme. Le cyclisme n’a dure qu’un siecle. Ce qui s’appelle encore cyclisme et se donne en spectacle n’est que farce, artefact a la mesure d’un monde fausse par la pollution, la genetique et le bio-pouvoir. Je veux donner l’entr’apercu d’un monde avant sa fin. Passer le chiffon, une derniere fois, dans la Salle des illustres. Mettre un peu d’ordre parmi mes forcenes, mes champions insenses – renommer les poetes et les irreguliers qui suivent a travers champs.
Rien n’obsede comme ces histoires fabulees, ces portraits amoureux, ces mythologies usinees par le peuple, ces etincelles d’Eurovision. Ce que Benjamin nomme ” illuminations profanes “. Ces croyances minimes. Ces noblesses inventees.

  • La revue de presse – Le Monde du 8 mai 2008

Les chefs-d’oeuvre de litterature sportive sont rares, difficiles a ecrire. Dans Forcenes, sorte de testament amoureux du cyclisme, Philippe Bordas cherche a froler l’exploit…
Forcenes est au croisement des ecritures, des mythologies, des approches, des sensations, forge une semiotique singuliere dans la nostalgie d’une radicalite perdue et le regret d’une perte de substance de la langue. Et signe un acte de rupture violente avec la production litteraire d’aujourd’hui, maladroitement sociologisante ou nihiliste, criant son espoir et sa foi en une nouvelle poesie.

  • La revue de presse Jacques-Pierre Amette – Le Point du 31 janvier 2008

Amoureux du velo, rejouissez-vous ! Philippe Bordas, 47 ans, ayant apparemment travaille longtemps a L’Equipe, vient de reussir un livre miraculeux sur les coureurs cyclistes. Ceux qu’on appelait les geants de la route dans Miroir sprint des annees 50…
Les freres Pelissier, Louison Bobet, Van Steenbergen, Andre Darrigade, Geminiani ou Rik Van Looy : ils sont tous la, visses sur la becane, grelottant sous la pluie, jaillissant dans les stades. Meme si vous n’avez jamais vu a la tele un Anquetil contre la montre dans son delie sublime, vous comprendrez tout de ce cyclisme-la.