Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Francoise Hardy : tant de belles choses

Couverture du livre Francoise Hardy : tant de belles choses

Auteur : Pierre Mikailoff

Preface : Bertrand Burgalat

Date de saisie : 08/01/2009

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Alphee-Jean-Paul Bertrand, Monaco, France

Collection : Edit plus

Prix : 19.90 €

ISBN : 978-2-7538-0356-5

GENCOD : 9782753803565

Sorti le : 08/01/2009

  • Les presentations des editeurs : 08/01/2009

Collection dirigee par Stephane Geay

Francoise Hardy est partie d’une idee simple : prendre le meilleur de ces chanteurs americains qu’elle ecoutait adolescente sur Radio Luxembourg et composer des chansons pop. Le plan a bien fonctionne. Trop bien, peut-etre… En quelques mois, presque contre son gre, la sage etudiante en propedeutique de lettres etait devenue la nouvelle idole des teenagers europeens.
De ce premier vinyle acidule au succes immediat, Tous les garcons et les filles de mon age, en 1962, a ce CD de duos certifie platine le jour de sa sortie, Parentheses, en 2006, Francoise Hardy a traverse les modes et les supports.
Elle est cette voix qui accompagne les dimanches de la vie, pour paraphraser Queneau. La voix de ces journees ou l’on reecoute en boucle L’Eclairage ou La question, en attendant que le destin frappe a la porte.
Et si l’on s’en tient au vieil adage selon lequel une icone pop se juge a la qualite de ses fans : Etienne Daho, Jacno, Nick Drake, Benjamin Biolay, Keren Ann, Bertrand Burgalat, vous, moi…, il n’y a guere qu’une Marianne Faithfull qui puisse rivaliser, a cette altitude.

Il fallait tout le talent et la sensibilite de Pierre Mikailoff, ecrivain rock par essence (Some cliches – L’Ecarlate/L’Harmattan) et exegete pop desormais incontournable (Cherchez le garcon – Scali), pour nous dresser ce portrait ou le respect le dispute a la passion.

Stephane Loisy

  • Les courts extraits de livres : 08/01/2009

L’autoradio

Je me souviens juste que c’etait dans une voiture. Ni la marque, ni le modele, juste que c’etait dans une voiture… L’autoradio etait regle sur l’une des quatre stations que l’on captait alors sur les grandes ondes. En mono, evidemment. Europe N 1, France Inter ? Non, vraiment, n’insistez pas, je ne sais plus. Du reste, il ne faudra pas me presser de questions. J’irai a mon rythme. Ne comptez pas sur moi pour tout deballer, comme ca, direct : les dates, les chiffres, les anecdotes… Patience. J’ai la memoire fragile et selective.

Mais laissez-moi poursuivre, voulez-vous. Je crois que les souvenirs me reviennent, peu a peu… Il pleuvait. Oui, de cela, je suis sur.

Une fine pluie continentale mouille un morne paysage de campagne. J’ai une dizaine d’annees. Treize ans – quatorze, tout au plus… En tout cas, je ne connais rien a l’amour. Si ce n’est en theorie. Mais la theorie n’est pas d’un grand secours, en la matiere. Toujours est-il que je me sens pret a aimer. Je ne parle pas d’un miserable flirt ou de vagues attouchements. Non, je parle de choses graves : d’un amour qui met en jeu la vie, la mort… On ne plaisante pas avec ces choses, vous savez bien.

J’ai deja des indices. Tous les livres, toutes les chansons, en parlent. Qui plus est, il semblerait que tout l’art, depuis l’invention de l’art, tourne autour de cet etrange et douloureux sentiment. Et je veux en etre… Je suis pret a adherer au concept. Manque plus qu’a trouver un objet.

Et cette pluie qui continue de tomber… Tout est si ennuyeux dans la vraie vie. Si different de celle qu’on imagine a travers les chansons. Prenez les Rolling Stones. Ils n’ont jamais l’air de s’ennuyer. Jagger parle toujours de ces filles incroyables, qui font la queue devant l’appartement de Steve McQueen ou devant sa propre loge.

– Informations legales – Programmation : Olf Software – Accessibilite, CSS et XHTML : Gravelet Multimedia