Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Globale ou b.a.-ba ? : que cache la guerre des methodes d’apprentissage de la lecture ?

Auteur : Laure Dumont

Preface : Elisabeth Brami

Date de saisie : 23/09/2006

Genre : Documents Essais d’actualite

Editeur : R. Laffont, Paris, France

Prix : 17.00 / 111.51 F

ISBN : 978-2-221-10749-2

GENCOD : 9782221107492

Acheter Globale ou b.a.-ba ? : que cache la guerre des methodes d’apprentissage de la lecture ? chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 08/09/2006

Au debut de l’annee 2006, la France est encore sous le choc des emeutes des banlieues, quand tombe une depeche du ministere de l’Education nationale prohibant dans tous les cours preparatoires le recours a la methode globale pour l’apprentissage de la lecture. Les parents, angoisses par le risque d’echec scolaire de leurs enfants, applaudissent ; les instituteurs, meduses, s’insurgent car ils n’utilisent plus cette methode depuis bien longtemps… Les experts agitent en vain leurs etudes, la machine s’emballe et tout le monde a son mot a dire ! Oui, mais que dit-on de reellement pertinent sur le devenir de nos enfants ? Refusant de se laisser prendre a cette manipulation grossiere, la journaliste Laure Dumont mene l’enquete globale, syllabique, methode mixte… que disent les donnees scientifiques ? Quelles valeurs defendent les partisans de chacune de ces methodes ? Ou en est la recherche ? Quelle est la position des politiques en la matiere ? A l’heure ou l’ecole, preoccupation majeure des Francais, a plus que jamais besoin que l’on se resserre autour d’elle, l’enjeu est de taille !

Journaliste a L’Expansion durant plusieurs annees, specialiste des questions d’education, Laure Dumont est l’auteur de L’Ecole expliquee aux parents, paru chez Retz en aout 2006.

  • La revue de presse Sandrine Blanchard – Le Monde du 6 septembre 2006

Laure Dumont a choisi son camp. La querelle ideologique sur les methodes d’apprentissage de la lecture, qui a agite le Landerneau educatif pendant tout l’hiver dernier, est a classer “dans le barnum politico-mediatique” et dans “le grand bazar des idees recues”. Journaliste specialiste des questions d’education, Laure Dumont ne pouvait pas passer a cote de cette gueguerre pedagogique au cours de laquelle tout a ete grossierement simplifie et deforme sur l’autel de la recuperation politique.
[…] Fluide, concis et engage – mais pour la bonne cause, celle de la remise en perspective d’un sujet malmene – cet essai a le merite de refaire tout le fil de cette querelle pedagogique qui n’a finalement pas grand sens. L’apprentissage de la lecture est une affaire trop serieuse pour qu’elle soit utilisee comme theme de division. Et Laure Dumont de conclure : “La nostalgie ne suffit pas a faire un programme politique. Le recours aux vieilles methodes ou aux methodes autoritaires encore moins, surtout s’il est fonde sur des indignations amnesiques, des arguments statistiques fragiles et des anachronismes grossiers.”

  • Les courts extraits de livres : 23/09/2006

Extrait de la preface de Elisabeth Brami :

Qui aurait encore l’audace de prononcer les mots de coeur, sentiments, ame, respect… a propos de l’ecole aujourd’hui ?
Est-ce passeiste, utopique de faire le pari d’un retour de l’humain, du desir, de l’amour des livres, au sein des apprentissages ?
Joan Sfaar, jeune auteur de BD forme a la philosophie, nous redonne du baume… au coeur, lorsqu’il ecrit en postface a sa version illustree du Banquet de Platon :
Il n’y a d’autre methode que la fascination reciproque du maitre et de l’eleve. On apprend a deux.
Il est temps de faire la paix. Apprenons-en le B.A.-BA.

(…) Rachel Boutonnet est une institutrice efficace, parce que ses eleves quittent le CP en sachant lire, qu’au debut les parents la trouvaient severe, mais que finalement elle est vraiment tres bien car elle fait apprendre des textes d’auteurs et des poesies d’adultes aux enfants. Seul bemol : loin d’etre felicitee par sa hierarchie, elle en subirait les foudres car elle n’applique pas la methode de lecture officielle.
En deux-trois minutes, voila dresse le portrait d’une resistante, vaillante petite maquisarde de la syllabique-en-douce, qui mene depuis son tableau noir son combat a elle contre l’echec scolaire. Aucun contradicteur, aucun defenseur de la pedagogie actuelle, soixante-huitard ou non, aucun representant de la hierarchie, pourtant tacitement incriminee, par la jeune femme et par ses collegues, n’est venu troubler ce tableau idyllique cense apporter une reponse aux maux de notre ecole. Et la journaliste de conclure, sans fournir la moindre source, ni la moindre explication, que 30 % des enfants ne savent pas lire en entrant en sixieme.