Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Graziella (LU PAR ALAIN CARRE)

Auteur : Alphonse de Lamartine (Lu par ALAIN CARRE)

Comment un jeune français, poussé par la tempête sur l’île de Procida, pourrait-il ne pas succomber aux charmes de Graziella ? Graziella, la pureté de la jeunesse, un condensé de toutes les grâces latines :

« Ses yeux, ovales et grands, étaient de cette couleur indécise entre le noir foncé et le bleu de mer, qui adoucit le rayonnement par l’humidité du regard et qui mêle à proportions égales dans des yeux de femme la tendresse de l’âme avec l’énergie de la passion, teinte céleste que les yeux des femmes de l’Italie empruntent au feu brûlant de leur jour de flamme et à l’azur serein de leur ciel, de leur mer et de leur nuit. Les joues étaient pleines, arrondies, d’un contour ferme, […] La bouche, dont les lèvres étaient plus ouvertes et plus épaisses que celles des femmes de nos climats, avait les plis de la candeur et de la bonté. Les dents courtes, mais éclatantes, brillaient aux lueurs flottantes de la torche comme des écailles de nacre.”

Mais les serments éternels survivront-ils à l’entourage à la différence de milieu social, à l’éloignement ? L’une des plus romantiques et émouvantes histoires de la littérature française.