Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Guerre et femmes t.4 ; les mots chuchotes, 1917

Auteur : Jocelyne Godard

1917. Au sein des armées, le carnage du ” Chemin-des-Dames ” laisse un goût de désillusion et entraîne de fortes rébellions, malgré la proche arrivée des Américains. Tout au cours de l’année, les mutineries s’installent.

Au village de Saint-Mars, touché par la guerre comme tous les autres villages, Emilia recueille un aviateur anglais blessé, dont l’avion bombardé s’est écrasé au sol, non loin de chez elle. Quant à Léopoldine, dont le désir était de rejoindre la capitale, elle est entraînée, par l’amour qu’elle porte à son riche et bel amant, dans les pièges d’un double espionnage qui, révélé plus tard, la fera fuir.
A Mortagne, déçue par la tournure sauvage de la guerre, Louise, devenue pacifiste, fait chanter à ses élèves La Chanson des Mutins et non plus La Marseillaise. Quant à son amie Hortense, elle se rend chaque semaine à l’hôpital du Val-de-Grâce, à Paris, pour réconforter son frère, grand mutilé du visage.
Sur le front, la grève des tranchées et les mutineries s’installent, engendrant des désordres de toutes natures au sein des armées. Pourtant, à Saint-Nazaire débarquent enfin les premières troupes américaines, et dans le Loir-et-Cher, où Félicie et ses filles s’occupent activement de leurs vignes, les Américains, après avoir établi leur Q.G. à Saint-Aignan, s’activent à construire un gigantesque complexe pour approvisionner les troupes du front en matériel et en nourriture.

Dans sa nouvelle saga ” GUERRE ET FEMMES “, Jocelyne Godard a choisi de se pencher sur un sujet inédit. Une fois de plus, elle prend le parti de raconter ” les femmes ” en rendant hommage à toutes celles qui ont parsemé la guerre de 14/18 par leurs exploits et leur courage, en y mêlant, selon son style, ses héroïnes fictives, tout en s’appuyant sur une documentation riche et abondante et sur des sources authentiques qu’elle tient de sa famille. Une saga qui fait honneur à la fois à l’Histoire et au roman populaire.