Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Guide de survie des filles rock

Auteur : Isabelle Chelley

Postface : Colonel Moutarde

Date de saisie : 22/03/2008

Genre : Musique, Chansons

Editeur : Tournon, Paris, France

Prix : 19.90 / 130.54 F

ISBN : 978-2-35144-067-4

GENCOD : 9782351440674

Sorti le : 26/03/2008

  • Les presentations des editeurs : 27/03/2008

A quoi reconnait-on une fille rock ? A sa discotheque triee sur le volet, sa frange, sa mini-jupe et ses hauts talon; bien sur. Mais ce n’est que la partie emergee de l’iceberg. Une fille rock sait aussi ne pas se laisser envahir, garder la ligne (meme en festival, si, et organiser une fete sans se pourrir la vie. Et aussi r mettre le musicien crashe s son canape dans la camionnette, juste a temps pour son prochain concert.

Comment ? C’est la la question. Et il fallait bien toute l’expertise, acquise par Isabelle Chelley journaliste, ecrivain, et surtout authentique fille rock pour y repondre. Avec humour, et une foule de conseils a suivre au quotidien.

Isabelle Chelley est journaliste pour le magazine Rock n ‘Folk. Elle a deja publie chez Tournon le Dictionnaire des chansons de Nirvana (2005). Le guide de survie des filles rock est son deuxieme ouvrage.

Colonel Moutarde est illustratrice et auteur de bd : Grenadine et Mentalo (Milan), La bd des filles (Fleurus-Dargaud).

  • Les courts extraits de livres : 27/03/2008

Le look de la fille rock’n’roll

Que celle qui n’a jamais vecu cette situation nous jette le premier cintre.

Au moment de plonger dans le placard un matin, on se retrouve face a l’equivalent vestimentaire du refoule : les importables. Mentalement, on effectue un retour en arriere : cette robe asymetrique, ce pantalon taille haute dont la braguette s’arrete sous les seins et ces leggins en satin nous ont semble irresistibles apres lecture des pages mode d’un magazine feminin mal intentionne. Plus jamais ca, jure-t-on en enfouissant ces horreurs dans les trefonds de la penderie, d’ou ils ressurgiront un jour, leurs rangs augmentes de douzaines d’autres importables super tendance, si si, toutes les it girls se les arrachent.

Il n’est pas trop tard pour mettre fin au cycle infernal.

Non, pas de tourner le dos a la mode en clamant qu’elle se demode et se refugier dans les classiques Damart. Suivre les tendances necessite beaucoup d’energie, d’argent et l’envie de se transformer en permanence. En admettant qu’on y arrive, on se retrouve en plein remake de L’Attaque des clones a la premiere soiree ou l’on va. Sans parler de ces instants de fulgurance ou l’on realise qu’on ressemble a un polochon dans sa robe housse et que mettre des ballerines argentees quand on chausse du 39 et demi tient du masochisme pur.

Les vraies icones de mode trouvent leur style et s’y tiennent quoi qu’il arrive.

Allez, on replonge dans le placard. On ecarte les importables. Que voit-on ? Grosso modo la meme tenue declinee en plusieurs exemplaires. Pas de doute, le voila, notre style. A nous de cultiver notre individualite… On n’aime que les jeans et on se sent deguisee des qu’on porte une jupe ? Pas de probleme : desormais, on n’achetera plus que des jeans. Ce sera Jean et baskets le week-end, Jean et bottes pour bosser, Jean et sandales a la plage, Jean et talons hauts en soiree. On devient la reine de l’accessoire, on collectionne les tops en tous genres et on ignore celles et ceux qui voudront nous transformer en ce qu’on n’est pas. Meme punition si on aime les robes, les jupes ou les culottes tyroliennes. Le noir nous va si bien ? Inutile d’essayer le blanc ou le rose pastel, on va se trouver moche, on sera mal a l’aise et ca ne nous ressemblera pas.

Lors de la prochaine seance shopping, avant de craquer sur cette merveille d’importable, on passera en revue la liste de toutes les petits camarades qu’elle ira rejoindre au fond de l’armoire.
Effrayant, n’est-ce pas ?