Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Histoire du Luxembourg, des origines a nos jours

Auteur : Jean-Marie Kreins

Date de saisie : 17/08/2007

Genre : Histoire

Editeur : PUF, Paris, France

Collection : Que sais-je ?, n 3101

Prix : 8.00 €

ISBN : 978-2-13-056367-9

GENCOD : 9782130563679

Sorti le : 17/08/2007

  • Les presentations des editeurs : 27/11/2007

Fruit des ambitieux projets d’un jeune seigneur ardennais, le territoire luxembourgeois s’est etendu, des le Xe siecle, dans l’ancien espace Meuse-Rhin et la puissance de ses souverains a egale pour un temps celle des Habsbourg et des Hohenzollern.
Enjeu geopolitique souvent dispute par ses puissants voisins sous l’Ancien Regime, puis simple departement sous la periode revolutionnaire, le Luxembourg renait des tractations diplomatiques du Congres de Vienne.
L’ouvrage evoque les peripeties de ce passe mouvemente, de la constitution de la nouvelle territorialite medievale a l’elaboration de l’Etat contemporain, resolument engage a relever les defis de l’Europe de demain.

Jean-Marie Kreins

Jean-Marie Kreins est charge de cours a l’Institut national d’Administration publique de Luxembourg.

  • Les courts extraits de livres : 27/11/2007

PREMIERES OCCUPATIONS DU TERRITOIRE

De la prehistoire… – Nos connaissances sur le genre d’existence des premiers occupants qui peuplerent l’actuel territoire luxembourgeois sont des plus tenues.

Les premieres traces d’activite humaine sembleraient remonter au paleolithique inferieur. Les fouilles ont revele l’existence d’une activite industrielle lithique ancienne dont nous gardons pour temoins des pierres a la taille rudimentaire, type coups de poing en silex, outils et armes a la fois, ou bien des objets en quartzite distribues pratiquement sur tous les sites fouilles. Il est probable que les premieres populations se rattacherent au groupe des chasseurs-pecheurs, dits de Mauer (homo Heidelbergensis), de provenance sans doute mediterraneenne, et firent souche dans la region de la Moselle (Mosella), notamment en Lorraine. Au cours de la periode acheuleenne, de nouvelles populations meridionales s’implanterent sur les hauteurs dominantes des rives de la Moselle et de la Sure inferieure, suivies au Mousterien d’autres groupes humains venus de l’ouest et du sud de l’Europe. Ces populations, proches sans doute de la race de Neandertal et de Spy (Belgique), occuperent occasionnellement des cavernes et inhumerent leurs morts avec vivres et objets usuels.
Des le paleolithique superieur, soit environ 40 000 ans avant l’ere chretienne, apparaissent des traces d’homme de Cro-Magnon (homo sapiens diluvialis). Les changements climatiques provoques par la glaciation contraignent le nouvel arrivant a se refugier dans les grottes et les abris naturels. On trouve des temoignages de ces habitats le long de la Sure (Sura) et de l’Ernz noire dans la region du Mullerthal. Plus evolue que son predecesseur, cet homme de l’age du renne developpe une industrie lithique florissante et notamment des lames tranchantes. Outre la pierre, il transforme os, ivoire et bois de renne pour en faire des ustensiles usuels et des objets de parures masculins et feminins dont on conserve des specimens dans les collections du Musee national a Luxembourg. Il subsiste aussi des temoignages d’activite humaine datant de l’Aurignacien, du Presolutreen et du Magdaleen, en particulier sur les sites d’?trange, dans la region d’Echternach et d’Altrier.
Au cours du mesolithique, les peuplades locales se stabilisent pour developper les activites plus sedentaires de pasteurs et d’agriculteurs. De cette epoque, on a conserve des microlithes, harpons et pointes de fleches, des tessons de poteries et le premier squelette d’un jeune adulte male. Des traces d’activite humaine furent localisees dans la region de Diekirch (au lieu-dit Herrenberg), pres de Rodange (au lieu-dit Titelberg, qui sera ulterieurement un oppidum celtique), dans la vallee de l’Ernz noire, a Marscherwald, Berdorf, Altwies et Itzig pres de Luxembourg. A la fin de la periode, les vastes mouvements migratoires des peuples indo-europeens assurerent sans doute a nos regions un apport de populations nouvelles.