Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Histoires intimes de la guerre d’Espagne : 1936-2006, la memoire des vaincus

Auteur : Patrick Pepin

Date de saisie : 22/07/2006

Genre : Histoire

Editeur : France-Culture, Paris, France | Nouveau Monde editions, Paris, France

Prix : 26.00 / 170.55 F

ISBN : 978-2-84736-157-5

GENCOD : 9782847361575

  • Les presentations des editeurs : 22/07/2006

Au cours de l’ete 2004, France Culture a diffuse un documentaire de 12 heures et demi consacre au travail de memoire realise par les Espagnols sur la Guerre Civile et le Franquisme. Cette serie a mis en lumiere le retour d’une memoire en souffrance, trente ans apres la mort du Dictateur et plus de vingt-cinq ans apres l’instauration de la democratie espagnole.

Ce livre, Histoires intimes de la Guerre d’Espagne, reprend le parcours du documentaire radiophonique. Il a pour objectif de raconter la repression qu’ont subi les Republicains espagnols : des hommes, des femmes et des enfants qui ont paye de leur sang trois annees d’une guerre fratricide et qui ont ete les victimes d’une repression d’une cruaute inouie pendant les quarante annees qu’a dure la dictature. Ce texte permet de saisir l’ampleur de la repression pendant la guerre puis l’apres-guerre. Il repose:
sur les recits des acteurs de la periode ;

sur le temoignage des petits enfants des vaincus de la guerre civile ayant relance le travail de memoire et contraint l’Espagne democratique a prendre en compte ce pan de son histoire ; sur le travail des historiens qui depuis plus de vingt ans ont recense avec une minutie scrupuleuse les details de la guerre et de la repression qui l’a accompagnee.

Ce travail est complete par deux CD audio qui recensent les paroles les plus marquantes sur cette periode encore meconnue de l’histoire contemporaine occidentale. Car les Republicains espagnols ont non seulement combattu le fascisme chez eux mais ont poursuivi leur combat dans les maquis de la resistance francaise, et constitue le premier convoi parti de France vers le camp de Mathausen en 1941. Ces republicains une fois la guerre terminee ont ete les oublies de la victoire contre le totalitarisme. La ” Guerre froide ” a glace leur combat, Franco etait devenu trop necessaire, aux democraties, dans la lutte contre l’Est.

L’auteur:

Patrick Pepin est journaliste, actuellement Mediateur de Radio France, ancien directeur de la Redaction de France Culture et de l’Ecole superieure de journalisme de Lille est d’une famille francaise qui habite l’Espagne depuis pres d’un siecle. Auteur du documentaire Histoires intimes de la Gu

  • Les courts extraits de livres : 22/07/2006

Paris le 25 aout 2004, une nouvelle piece est posee dans le puzzle de la memoire republicaine. Pour la premiere fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a l’occasion de l’anniversaire de la liberation de la ville, un hommage specifique est rendu aux combattants espagnols de la division Leclerc. Ces hommes du troisieme bataillon de marche du Tchad se sont fait remarquer par leurs blindes qui portaient sur leur flanc, ecrit en capitales et en blanc, une trace de leur identite: Guadalajara, Guernica, Teruel, Ebro, Espana Cani… Autant de lieux de combat, de cauchemars, de reves perdus mais d’espoirs aussi. Une des unites du bataillon se nommait meme la Nueve. On y commandait, on y obeissait, on y etait blesse, on y mourrait en espagnol. Ces soldats-la souhaitaient, sitot la France liberee, poursuivre leur route et descendre sur Madrid, conquerants, par le Col de Somosierra. Les arcanes de la geopolitique tariront cette soif de revanche et de liberte. Mais pour les petits-enfants des vaincus, cette reconnaissance officielle vaut remission de la dette. Ils auraient voulu que leur pays soit represente au plus haut niveau a Paris. Ce ne fut point le cas.

Ce n’est que quelques mois plus tard en 2005, a l’occasion de l’anniversaire de la liberation des camps que le gouvernement espagnol se deplacera, a Auschwitz, le 27 janvier. Cette presence tete haute aux cotes des anciens allies, le president du gouvernement espagnol, Jose-Luis Rodriguez Zapatero, representant d’un pays qui a ete le complice d’Hitler, ce droit d’etre la, il le doit aux deportes, republicains espagnols. Notamment a ceux du camp Mauthausen qui ont fait l’admiration de tous les internes par leur courage et leur subtilite a combattre la brutalite nazie.