Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Hydromene

Auteur : Iwan

Date de saisie : 17/02/2008

Genre : Jeunesse a partir de 13 ans

Editeur : Quiquandquoi, Geneve, Suisse

Prix : 28.00 €

ISBN : 9782940317424

GENCOD : 9782940317424

Sorti le : 17/02/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Madeline Roth de la librairie L’EAU VIVE a AVIGNON, France – 14/07/2012

Depuis quelques mois, les artistes coreens deboulent sur les tables des librairies jeunesse. A la Fete du Livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Chateaux, sur le stand des editions Quiquandquoi, on a decouvert un vrai chef-d’oeuvre. Le mot est pese. Si le spectre de la surproduction (le vilain mot) hante les librairies jeunesse, reste les chefs-d’oeuvre. Hydromene en est un.

Le livre-delta qui deploie tout le fleuve (…), un livre-monde, un livre-odyssee. 133 pages d’un voyage inoubliable dans la chambre d’un garcon. La premiere page, immense, c’est le premier pas du voyage. Hydromene se tient debout face a nous, un enfant dans la main, dans l’autre un arrosoir. Et ces mots : Completement desseche, l’enfant s’est evanoui. L’enfant en question n’a rien d’un enfant, il a des pattes, des oreilles. Hydromene a un corps de poisson. A la place des cotes on lui devine des nageoires.

Impossible de raconter ce livre. Les premieres pages suffisent a embarquer. Chacun lit ce qu’il veut – cette phrase a l’air evidente, elle ne l’est pas. Rares sont les livres qui permettent des lectures si distinctes. La chambre d’Hydromene est envahie par les eaux. J’ai vu, des le debut, une chambre d’hopital, pour le denuement, l’etouffement aussi. Et puis les visions changent. Les pages se tournent et je vois, clairement, que la chambre d’Hydromene, c’est le ventre de la mere.

J’arrete la ma lecture. Trois pages n’y suffiraient pas. Pour qui veut faire le voyage, ce livre est merveilleux, dans tous les sens. Envoutant et etrange. Hydromene a ete publie par Artbooks en Coree, et decouvert par Quiquandquoi aux foires de Francfort et de Bologne. Iwan est une jeune auteure illustratrice nee en 1973. Son pseudonyme, imagine durant ses etudes a la Korea National University of Arts, vient de I want. Selon Jean-Marie Antenen, les sujets abordes par l’edition jeunesse coreenne sont universels, mais simplement approches sous un angle different, propre aux origines culturelles et historiques de leurs auteurs. Et c’est souvent cette maniere differente de la notre d’aborder des themes universels qui donne a cette production sa force aux yeux du public europeen. Selon l’editeur encore, l’histoire de l’art impregne cette production : la maniere d’aborder l’espace, la perspective, le traitement du paysage et de la couleur, ainsi que les techniques utilisees sont tres differentes chez les illustrateurs coreens et chez leurs collegues europeens. Pour les lecteurs francais, suisses ou belges, le graphisme des albums coreens est un voyage a lui tout seul, la decouverte d’un univers visuel.

Si on voulait rattacher Hydromene a nos lectures connues, il me semble que c’est un melange de l’univers pleinement onirique des films de Miyazaki avec le graphisme parfois diaphane d’Anne Herbauts ou celui de Kitty Crowther. C’est sur les mots d’Iwan que l’album se referme : J’ai l’impression que le monde ou je vis devient de plus en plus compact, sans porosite, sec, un monde ou il devient difficile de respirer. Pourtant je n’attends pas qu’Hydromene vienne l’arroser.

Mais si. Des albums comme celui-ci permettent l’echappee necessaire, ouvrent une porte pour le reve. Qu’importe qu’on la referme.